Ghana: Le pays décide de mener une enquête sur le meurtre de 56 migrants après la conclusion des travaux de la commission vérité, reconciliation et réparations

Yaya Jammeh, l'ancien président de la Gambie
17 Février 2021

La Ministre Ghanéenne des Affaires Étrangères et de l'Intégration Régionale, Shirely Ayorkor Botchway, a informe le Parlement Ghanéen de la volonté du gouvernement de reprendre l'enquête sur le meurtre de 56 migrants ouest-africains qui auraient été tués sous les ordres de l'ancien Président Gambien aussitôt que la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) aura conclu ses travaux.

Les déclarations de Botchway font suite aux récentes démarches entreprises par les familles des 44 victimes Ghanéennes qui réclament des compensations.

« La question concernant le meurtre de 44 citoyens Ghanéens qui auraient été tués en Gambie a refait surface. Les familles des victimes réclament compensations et réparations. Elles demandent également la reprise des investigations car des anciens soldats qui travaillaient avec l'ancien Président Yayha Jammeh ont confessé le meurtre des citoyens de la CEDEAO, et ce, sous ses ordres, lors des travaux de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations » a-t-elle écrit.

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.