Rwanda: Procès Rusesabagina - L'avocat plaide l'incompétence de la Haute Cour

Paul Rusesabagina, au centre, avec ses avocats David Rugaza, à droite, et Emeline Nyembo lors de l'audience préliminaire au tribunal de première instance de Kicukiro, le lundi 14 septembre.

Le procès de Paul Rusesabagina s'est ouvert mercredi 17 février à Kigali. L'opposant rwandais, considéré comme un « Juste » lors du génocide des tutsis de 1994, et dont l'histoire a inspiré le film Hôtel Rwanda, se trouve aujourd'hui accusé de terrorisme pour son implication présumée dans plusieurs attaques au sud du Rwanda en 2018. Son avocat a plaidé l'incompétence de la Haute Cour rwandaise pour les crimes internationaux dans cette affaire.

Paul Rusesabagina a comparu aux côtés de vingt autres accusés, tous soupçonnés de terrorisme et de liens avec le MRCD, la plateforme de l'opposition qu'il a fondée, et du FLN, son bras armé. La Cour a lu ses neuf chefs d'accusation dont formation d'un groupe armé et meurtre comme acte de terreur. « Je suis un citoyen belge qui a été kidnappé », a déclaré Paul Rusesabagina. « Comment a-t-il arrêté ? Et selon quelle procédure ? », a renchéri son avocat, maitre Gatera Gashabana. Selon lui, la Haute Cour n'est pas compétente pour juger un ressortissant belge extradé selon une procédure irrégulière.

Des arguments rejetés en bloc par l'accusation qui considère l'opposant comme un citoyen rwandais et qui a présenté un témoin à charge, Callixte Nsabimana, ancien porte-parole du FLN, qui a déclaré : « Quand nous avons lancé ce groupe rebelle, Paul Rusesabagina voulait devenir président du Rwanda. Comment il aurait pu y arriver s'il dit qu'il est Belge ? » La prochaine audience est prévu pour le 26 février. Le juge devrait alors statuer sur la question de la compétence de la Cour...

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.