Congo-Brazzaville: Présidentielle 2021 - Le corps diplomatique s'informe du processus électoral

Photo d'illustration

Le ministre en charge des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, a informé le 18 février à Brazzaville le corps diplomatique accrédité en République du Congo de la situation politique nationale et du déroulement du processus électoral prélude au scrutin présidentiel du 21 mars prochain.

« Souvenons-nous que la dernière séquence de ce dialogue entre vous et nous a eu lieu le 4 mars dernier, dans cette même salle, peu après que le gouvernement a pris des mesures énergiques pour faire face à la propagation de l'épidémie à coronavirus qui commençait à sévir le monde. Notre approche a toujours été de vous tenir informés de la situation nationale », a rappelé Jean-Claude Gakosso.

« Vous avez été et vous êtes les témoins privilégiés des efforts constants des autorités de notre pays en faveur de la paix, de la sécurité, de la cohésion sociale, de la consolidation de la démocratie et la préservation des acquis du développement économique. Parce que nous savons tous qu'on ne peut pas réussir une élection dans un contexte heurté et marqué par la violence », a-t-il souligné, poursuivant que « le gouvernement a multiplié des stratégies pour créer les conditions d'un scrutin juste, honnête et crédible. Malgré la crise qui s'est aggravée avec la pandémie, il a pu réaliser l'essentiel des opérations pré-électorales. Ceci, afin que le peuple qui seul confère la légitimité par son vote aille en toute confiance et en toute sérénité à cette élection qui doit être juste, libre, transparente et apaisée ».

Le ministre Jean-Claude Gakosso a, en outre, évoqué quelques actes accomplis dans le cadre du processus électoral, notamment la mise en place de la Commission nationale électorale indépendante, la tenue du dialogue politique à Madingou, la publication des dates du scrutin, la révision des listes électorales, l'appel à candidatures et la publication de la liste des sept candidats retenus par la Cour constitutionnelle.

« L'élection présidentielle du 21 mars est déjà qualifiée par bon nombre d'observateurs comme l'une des plus ouvertes et des plus apaisées de l'année sur l'ensemble du continent. Nous sommes tous témoin car, tous les politiques qui voulaient se porter candidat ont pu le faire en toute indépendance et liberté », précise-t-il.

Selon lui, cette élection se déroulera sous l'observation des partenaires divers et variés de la communauté internationale parmi lesquels, l'Union africaine, l'Organisation internationale de la Francophonie, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, le Parlement panafricain ainsi que les ONG concernées par les questions électorales et la presse internationale.

« J'espère que vous serez, une fois encore, les meilleurs interprètes de cet événement auprès de vos gouvernements et organismes respectifs. Nous réaffirmons la volonté du gouvernement congolais de renforcer ses relations de coopération avec tous ses partenaires », a conclu Jean-Claude Gakosso.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X