Somalie: Nécessité immédiate d'une intensification des interventions d'urgence alors que la famine devrait toucher 2,65 millions de personnes

communiqué de presse

Le rapport FEWSNET du Groupe d'évaluation de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU) fait état d'une insécurité alimentaire et nutritionnelle généralisée causée par un cumul de facteurs

17 février 2021, Mogadiscio - Plus de 2,6 millions de personnes en Somalie devaient connaître une insécurité alimentaire extrême selon la dernière évaluation technique conjointe publiée par l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le réseau du Système d'alerte rapide face aux risques de famine. Ce rapport mentionne des précipitations insuffisantes, des inondations et des attaques du criquet pèlerin parmi les facteurs ayant contribué à cette situation, et met en garde contre sa possible aggravation au cours du premier semestre 2021 en l'absence d'assistance humanitaire soutenue à grande échelle.

La FAO et le Gouvernement somalien ont souligné la nécessité urgente d'augmenter l'appui nécessaire à la poursuite de la lutte contre le criquet pèlerin et les efforts de surveillance en cours, et de fournir une aide d'urgence rapide durant les prochains mois.

«Malgré les progrès relatifs, une nouvelle recrudescence du criquet pèlerin est venue détruire nos cultures. Nous continuerons de travailler en rassemblant nos forces dans ce combat contre le fléau du criquet pèlerin, afin d'éloigner l'éventualité de plus grands ravages, a déclaré Said Hussein Iid, ministre somalien de l'agriculture et de l'irrigation.

Le rapport souligne que le criquet pèlerin continuera de causer un risque grave de dégâts aux pâturages et aux cultures dans l'ensemble du pays au cours du premier semestre 2021. De plus, les prévisions actuelles font état d'une probabilité accrue de précipitations inférieures à la moyenne pendant la saison du «gu» ou saison pluvieuse (avril-juin) de 2021 dans la majeure partie du pays, ce qui ne ferait qu'aggraver l'insécurité alimentaire et nutritionnelle de millions de personnes.

«Avec l'appui du gouvernement, nos équipes et nos partenaires ont poursuivi les opérations de lutte et de surveillance, tout en fournissant l'aide humanitaire et le soutien aux moyens de subsistance, qui s'avèrent indispensables dans ces circonstances extrêmement difficiles. Il est indispensable d'élargir les interventions d'urgence et c'est ce à quoi nous nous employons en nous attachant à réduire l'écart entre les besoins alimentaires et la consommation réelle, à sauver des vies et à protéger et préserver les moyens de subsistance», a déclaré le représentant de la FAO en Somalie, M. Etienne Peterschmitt.

De juillet à décembre 2020, cette aide a touché plus de 1,8 million de personnes par mois en moyenne dans certaines régions de Somalie. Cet appui humanitaire et gouvernemental à grande échelle a permis de réduire l'ampleur de la crise et un financement est nécessaire de toute urgence pour soutenir les efforts visant à faire reculer les menaces qui pèsent actuellement sur la sécurité alimentaire du pays.

Aggravation attendue de l'état d'insécurité alimentaire

Environ 1,6 million de personnes sont confrontées à un état de crise, soit la phase 3 du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), ou à des situations plus graves en présence de l'aide humanitaire prévue au cours du premier trimestre 2021. Deux millions et demi de personnes supplémentaires sont en situation de stress (phase 2 de l'IPC), ce qui porte à 4,1 millions le nombre total de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë. Ce nombre comprend aussi environ 840 000 enfants de moins de cinq ans qui risquent de souffrir de malnutrition aiguë, dont près de 143 000 risquent de souffrir de malnutrition sévère.

Selon le réseau d'Alerte rapide sur les risques de famine (FEWS NET) du Groupe d'évaluation de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU), d'avril à juin 2021, l'insécurité alimentaire est appelée à s'aggraver, principalement chez les populations rurales et urbaines pauvres et les populations déplacées, sous l'effet d'un cumul de périls et de crises. L'aide humanitaire doit être maintenue pendant tout le premier semestre de 2021 afin d'éviter que près de 2,7 millions de personne ne basculent dans un état de crise (phase 3 de l'IPC) ou un état d'urgence (phase 4 de l'IPC).

«On assiste à un redoublement des crises de longue durée que connaît la Somalie, sous l'effet du "triple péril" que composent la pandémie de covid-19, les infestations du criquet pèlerin et les chocs climatiques», a déclaré le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU M. Adam Abdelmoula, qui occupe aussi les fonctions de Coordonnateur résident et Coordonnateur de l'action humanitaire des Nations Unies en Somalie. «Nous devons poursuivre notre travail avec tous les partenaires de l'action humanitaire afin de garantir aux Somaliens les plus précaires que nous sommes en mesure de faire face aux difficultés et de renforcer les capacités de résistance aux chocs futurs. J'exhorte tous les partenaires à travailler ensemble dans les voies de l'action humanitaire, du développement et de la consolidation de la paix, en vue de s'attaquer aux causes premières de ces crises et d'apporter des solutions durables qui ne laissent personne de côté», a-t-il ajouté.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.