Afrique de l'Ouest: Lancement du projet "TAWDE" pour l'Inclusion des talibés au Sénégal et au Mali

Dakar — Secours Islamique France a procédé jeudi au lancement du projet 'TAWDE' pour l'inclusion des talibés au Sénégal et au Mali en vue de contribuer à "la création de normes", mais également faire un test opérationnel sur des écoles coraniques pilotes.

Selon les responsables du projet, le partage de bonnes pratiques et la comparaison d'approches sensiblement différentes entre les deux contextes, malien et sénégalais, seront favorisés par le caractère sous-régional de ce projet.

Pour la coordinatrice des programmes pour le SIF, Anne Catherine Dupré, le projet s'appuie sur 3 piliers que sont, notamment, l'amélioration des conditions de vie, l'enseignement (éducatif) et le renforcement de capacité des communautés.

"Notre objectif, a-t-elle dit, est de travailler sur l'inclusion des enfants et des jeunes talibés de manière à ce qu'il y ait une approche communautaire avec les parties prenantes pour que lorsque ce projet sera terminé, qu'il y ait des choses qui restent, de l'existant".

Il s'agit, précise-t-elle, d'œuvrer pour que la place de ces enfants dans la société soit plus formalisée, afin qu'ils aient une place dans toutes les politiques qui se feront au niveau national, régional et local.

"Nous avons au Sénégal, un cadre réglementaire qui est favorable avec le ministère de l'Education nationale qui travaille pour faire en sorte qu'il y ait plus de facilité pour les daaras à intégrer les programmes du ministère", a-t-elle toutefois signalé.

Selon Anne Catherine Dupré, il s'agit, du côté du projet 'TAWDE', de se rapprocher des parties prenantes, notamment la fédération des maitres coraniques et les autorités. "Mais également et surtout, des maitres coraniques", insiste-t-elle".

"Et de là, on essaye de comprendre s'ils sont motivés par le projet et s'ils ont envie de s'engager et pouvoir diversifier l'offre pédagogique des enfants, parce que tout cela nous permet d'avoir une base où on sait qu'on va pouvoir faire des choses dans la communauté avec ces daaras là", a fait noter la coordinatrice des programmes du SIF au Sénégal.

TAWDE, un projet de 3 ans, démarré en mai 2020 prendra fin en mai 2023. Au Sénégal, il intervient dans 2 régions que sont Dakar (Pikine) avec 5 daaras et Kaffrine avec 10 daaras, et au Mali avec 5 daaras.

Pour le coordonnateur sous régional du projet, Ahmed Sékou Touré, il s'agit de faire une inclusion holistique de ces enfants dans leur communauté et pour cela, il y a des questions existentielles liées à leur protection, leur éducation et à leur santé à prendre en compte.

"Le projet se donne comme objectif global de répondre à ces questions en favorisant le rapprochement familial entre certains talibés qui ont quitté leur famille et qui ont rejoint d'autres pays", a-t-il expliqué lors du lancement.

Et de préciser : "Nous avons prévu des activités de façon globale pour pouvoir rapprocher ces enfants talibés de leur famille d'origine, car, lorsqu'on prend le cas de la plupart des enfants talibés, on remarque qu'ils n'ont pas de pièce d'Etat civil".

A ce propos, M. Touré relève qu'entre autres activités, le projet a prévu des actions permettant à ceux d'entre eux qui n'en ont pas de pouvoir, à travers les audiences foraines ou actes de jugement, trouver des actes de naissance.

Selon lui, les enjeux liés à cette problématique sont à la fois de l'ordre de l'intégration scolaire, socioprofessionnelle, et de l'amélioration des conditions de vie, afin d'apporter une meilleure égalité des chances et un cadre plus protecteur à ces enfants et jeunes.

Le Secours Islamique France (SIF) met en œuvre depuis 2014 au Sénégal et depuis 2016 au Mali, des actions visant l'inclusion des enfants et jeunes talibé dans la société.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.