Madagascar: Secteur de l'élevage - La législation vétérinaire à réviser

Madagascar fait partie des quinze pays africains qui organisent un atelier de consultation de toutes les parties prenantes opérant dans le secteur de l'élevage, dans le but de réviser la législation vétérinaire.

Il s'agit notamment des réformes sur trois textes réglementaires, à savoir le bien-être animal, la traçabilité des petits ruminants et la surveillance des maladies animales. « La mise en place de ce cadre réglementaire est essentiel pour garantir l'amélioration de la production et le développement du secteur de l'élevage à Madagascar », a souligné Lezoma Tsiry Andriamahatola, le directeur général de l'Elevage, lors de l'ouverture de l'atelier de consultation de toutes les parties prenantes, hier, à l'hôtel Colbert.

Statuts indemnes. Il est à noter que l'importance du texte sur le bien-être animal consiste à protéger les animaux contre l'utilisation abusive, tout en améliorant leurs conditions de vie. Quant au texte sur la traçabilité des petits ruminants, c'est un élément important exigé pour faciliter les échanges commerciaux, notamment l'exportation de viande et des animaux vivants. Il facilite également la surveillance des maladies animales pour permettre de maintenir les statuts indemnes de la fièvre aphteuse et des pestes des petits ruminants, délivrés par l'Organisation Mondiale de la Santé animale ou OIE.

« Et enfin, le dernier texte est également crucial étant donné que celui-ci permet de définir le rôle des acteurs, en amont jusqu'en aval, du système de surveillance, afin de mettre en place une stratégie de prévention et de lutte contre les maladies existantes », d'après toujours le directeur général de l'Elevage. De nombreux acteurs, dont entre autres, les éleveurs, les vétérinaires, les para-vétérinaires et les ingénieurs ainsi que les techniciens, ont participé à cet atelier qui se poursuivra ce jour.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.