Soudan: Le pays dévalue brutalement sa monnaie pour tenter de stabiliser son économie

200 Dinar note from Sudan

C'est une dévaluation brutale, mais attendue, de la livre à laquelle s'est livrée ce dimanche 21 février la Banque centrale soudanaise en annonçant une unification des taux de change. Le Soudan traverse une grave crise. Pénuries et hausse prix rendent la vie difficile aux populations. La mesure, en forme d'électrochoc permettrait de stabiliser l'économie.

Concrètement la Banque centrale soudanaise s'aligne sur le taux du marché noir. Le cours de la livre soudanaise va passer de 55 livres pour un dollars à 375. La mesure s'accompagne d'un contrôle des changes accru et était attendue par les bailleurs de fonds et le FMI qui réclamaient une « vérité monétaire ».

La mesure était réclamée à cor et à cris par le Fonds monétaire international, mais aussi l'ensemble des bailleurs de fonds. Pour eux, l'économie soudanaise ne pouvait plus vivre dans le mensonge monétaire, avec un cours officiel de la livre 6 fois inférieur à celui du marché noir.

En alignant les deux taux de change, la Banque centrale ouvre la voie à toute une série de programmes d'appuis financiers. Ainsi les États-Unis et la Grande-Bretagne vont pouvoir débloquer plus de 1,5 milliard de dollars d'assistance, dont un programme de 450 millions destinés aux familles les plus pauvres.

Restructurer la dette du pays

Mieux, le FMI qui a déjà salué le programme de réformes économiques du gouvernement va désormais pouvoir restructurer l'énorme dette du pays. Elle dépasse les 60 milliards de dollars. Reste que cette dévaluation risque d'enflammer un peu plus la rue.

Avec des pénuries criantes de pain, de médicaments, de carburant, une inflation qui frôle les 300% en rythme annuel, les Soudanais sont confrontés à des difficultés terribles. L'an dernier la fin d'un certain nombre de coûteuses subventions sur le pain et les carburants avait provoqué une flambée de manifestations.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.