Niger: Présidentielle - 7,4 millions d'électeurs appelés aux urnes pour le second tour

Présidentielles 2 eme Tour. Nous y sommes Nigériennes& nigériens relèvent le défi, dans un climat apaisé.

Au Niger, près de sept millions et demi d'électeurs sont appelés aux urnes pour le second tour de l'élection présidentielle, ce dimanche 21 février, qui oppose le candidat Mohamed Bazoum du PNDS, parti au pouvoir, à l'opposant et ancien président Mahamane Ousmane. Le président sortant, Mahamadou Issoufou, qui ne se présente pas au terme de ses deux mandats consécutifs autorisés par la Constitution, laisse entier à son successeur deux défis majeurs: la lutte contre la pauvreté et la lutte contre le terrorisme jihadiste.

À la mi-journée, dans le bureau de vote de Niamey - dans l'école C.E.G.VI de Niamey- où nous nous trouvons, le scrutin se déroule très calmement. Il n'y avait pas foule, contrairement à l'ouverture où des files d'attente se sont formées dans d'autres bureaux de vote que nous avons pu voir. Quelques personnes entrent et sortent au compte-gouttes des bureaux de cette école. Des membres des forces de sécurité sont visibles.

Un membre du bureau numéro 7, qui compte plus de 400 inscrits, nous expliquait qu'il y a eu peu d'affluence depuis ce matin, en tout cas moins qu'au premier tour, dans ce bureau. Selon lui, le 27 décembre dernier, il y avait, à la même heure, des files d'électeurs dans la cour.

Il y a parfois eu un léger retard à l'ouverture des bureaux -prévue à 8h00 - quelques minutes, juste le temps de finaliser les tous derniers préparatifs. Les bureaux ferment théoriquement à 19 heures mais ils doivent rester ouverts pendant onze heures d'affilée. Leur fermeture dépendra par conséquent de l'heure à laquelle les opérations de vote ont pu débuter.

Le président Mahamadou Issoufou a voté

En milieu de matinée, le chef de l'État sortant est venu, lui-aussi, mettre son bulletin dans l'urne. A sa sortie du bureau de vote, Mahamadou Issoufou a déclaré, devant la presse que « C'est un grand jour », tout en soulignant que le Niger est confronté à de nombreux défis qui nécessitent, pour pouvoir les relever, des institutions démocratiques fortes.

« L'alternance est en marche. L'alternance pacifique qui a manqué au Niger, depuis des décennies, va se réaliser. Je suis fier d'être le premier président démocratiquement élu de notre histoire à pouvoir passer le relais à un autre président démocratiquement élu », a tenu à souligner Mahamadou Issoufou.

Rappelons que le président nigérien n'est pas candidat à sa propre succession. Il passe la main, après ses deux mandats, comme le prévoit la Constitution du Niger.

Le candidat du parti PNDS au pouvoir, Mohamed Bazoum a lui voté ce matin, après le chef de l'Etat, dans le même bureau de vote de Niamey. Le candidat du NDR, Mahamane Ousmane, est dans son fief, à Zinder.

Réactions d'électeurs rencontrés dans plusieurs bureaux de vote de Niamey

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.