Afrique: Déclaration du Mécanisme COVAX sur les nouveaux variants du SARS-CoV-2

L'apparition de variants du SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la COVID-19, nous rappelle que, de par leur nature même, les virus mutent et qu'il faudra peut-être adapter les armes scientifiques si l'on veut qu'elles restent efficaces contre eux.

Au regard des articles récents concernant les données préliminaires sur l'efficacité minimale du vaccin AstraZeneca/Oxford dans la prévention de la maladie bénigne à modérée causée par le variant viral B.1.351, il est important de noter que l'analyse primaire des données des essais de phase III a jusqu'à présent montré - dans les contextes épidémiologiques sans ce variant - que le vaccin AstraZeneca/Oxford conférait une protection contre la maladie grave, l'hospitalisation et le décès. Il est par conséquent d'une importance cruciale dorénavant de déterminer l'efficacité du vaccin lorsqu'il s'agit de prévenir la maladie plus grave causée par le variant B.1.351.

D'autres études nous permettront également de confirmer le calendrier de vaccination optimal et son influence sur l'efficacité du vaccin. La CEPI a annoncé un financement pour des recherches cliniques supplémentaires visant à optimiser et à étendre l'emploi des vaccins existants, éventuellement des études sur des combinaisons de différents vaccins dont l'association pourrait améliorer la qualité et augmenter la force de la réponse immunitaire. De telles études pourraient être utiles pour optimiser l'utilisation des vaccins disponibles, y compris le vaccin AstraZeneca/Oxford.

Le Groupe stratégique consultatif d'experts de l'OMS sur la vaccination (SAGE) s'est réuni aujourd'hui pour passer en revue les données sur le vaccin AstraZeneca/Oxford, y compris les nouveaux éléments sur son efficacité contre les variants viraux, et pour examiner les effets prouvés de ce produit ainsi que l'évaluation risques-avantages de son utilisation dans les cas où les données sont limitées. Ces recommandations pour l'utilisation du produit AstraZeneca sont en cours de finalisation et seront présentées au Directeur général de l'OMS le 9 février 2021.

Même si ces derniers éléments sur l'efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford contre le variant B.1.351 reposent sur une étude de taille limitée qui s'est concentrée sur les sujets à faible risque et dans laquelle l'intervalle entre les doses n'a pas été optimisé pour l'immunogénicité, ces résultats confirment que nous devons faire tout notre possible pour limiter la circulation du virus, prévenir les infections et réduire les chances que le SARS-CoV-2 n'évolue et ne présente des mutations pouvant réduire l'efficacité des vaccins existants. Cela signifie qu'en outre :

Les fabricants doivent être prêts à s'adapter à l'évolution du SARS-CoV-2, y compris pour le cas où il faudrait prévoir des doses de rappel et adapter les vaccins si cela s'avérait nécessaire scientifiquement.

Des essais doivent être conçus et poursuivis pour pouvoir évaluer toute modification de l'efficacité des vaccins et ces essais doivent être d'une ampleur et d'une diversité suffisantes pour que l'on puisse en interpréter clairement les résultats.

La surveillance génomique renforcée doit s'appuyer sur l'échange rapide des données génétiques et des méta-données pour permettre une coordination et une action mondiales.

Il convient de vacciner en priorité les groupes à haut risque partout pour que la protection contre les nouvelles souches soit maximale dans l'ensemble du monde et pour limiter le risque de transmission.

Les gouvernements et les donateurs, ainsi que les banques de développement, devraient soutenir davantage le COVAX pour garantir un accès et une mise à disposition équitables, ainsi que pour couvrir les coûts permanents de la recherche-développement sur les vaccins de prochaine génération.

L'OMS renforce un mécanisme existant de suivi et d'évaluation des variants qui pourraient influer sur la composition des vaccins et élargit ce mécanisme en vue de donner des orientations aux fabricants et aux pays sur les changements qui pourraient être nécessaires concernant les vaccins.

Le COVAX a été créé pour garantir un accès équitable dans l'ensemble du monde à des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19. Disposant du plus large éventail, activement géré, de vaccins candidats contre la COVID-19 au monde, le Mécanisme COVAX permet à ses participants qui s'autofinancent et à ceux pouvant prétendre à une aide au titre du système de garantie de marché Gavi-COVAX d'accéder à une gamme diversifiée de vaccins candidats, adaptés à toutes sortes de contextes et de circonstances. La capacité de mettre les vaccins à disposition à l'échelle mondiale pour faire face à l'évolution de la pandémie est plus importante que jamais, tout comme la coordination pour éviter de compromettre les effets et l'utilité des vaccins. Si de nouveaux vaccins sont nécessaires, il est encore plus essentiel de garantir un accès mondial à ces derniers, puisqu'il reste vrai que nous ne serons tous en sécurité que si chacun de nous est protégé.

En ce qui concerne le vaccin AstraZeneca/Oxford, le COVAX a signé des accords d'achat anticipé avec AstraZeneca et le Serum Institute of India, et a publié des prévisions pour la distribution de près de 350 millions de doses pendant la première moitié de l'année. Nous attendons ce mois-ci une décision de l'OMS concernant l'autorisation d'utilisation d'urgence de ce vaccin au titre du protocole EUL ainsi qu'une recommandation du SAGE sur son utilisation optimale. Si l'utilisation d'urgence est autorisée, le vaccin devrait grandement nous aider à protéger les personnes à haut risque et à mettre fin à la phase aiguë de la pandémie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.