Gabon: La démissions des ministres de l'Intérieur, de la Défense et de la Santé demandées

22 Février 2021

Les dernières mesures gouvernementales ont soulevé une vague d'indignation chez les populations gabonaises. Ces dernières ont décidé de contester en initiant le concert de casseroles tous les jours, qui, malheureusement a tournée au vinaigre la nuit du 17 février dernier. L'on compte officiellement deux morts. Une situation que déplorent le peuple gabonais en général et le mouvement "Peuple Uni pour la Libération, qui dans sa déclaration, exige les démissions du Ministre de l'Intérieur, du Ministre de la Défense et du Ministre de la Santé.

Déclaration de Peuple Uni pour la Libération

Suite au décès de Gildas ILOKO et Djinky Derick EMANE M'VONO, abattus alors qu'ils participaient pacifiquement au « Concert des casseroles », nous exprimons notre profonde indignation et condamnons avec force et vigueur, cette violence disproportionnée. En outre, nous présentons aux familles éplorées de nos deux compatriotes, nos sincères condoléances et les assurons de notre soutien face à la douleur.

Par ailleurs, nous exhortons tous les Gabonais au recueillement et à la solidarité, afin d'accompagner les familles des victimes, si durement touchées.

Aussi, tenons-nous à prendre position sur les points suivants :

Premièrement : les informations communiquées par le Gouvernement et par le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Libreville, sur les circonstances des décès de nos compatriotes précités, ne concordent pas avec les images vidéo de ces meurtres.

Nous prenons donc acte de l'ouverture d'une enquête par le Parquet de Libreville et nous invitons les organisations de la société civile et les citoyens à se constituer parties-civiles dans ce dossier, afin que toute la lumière soit faite ;

Deuxièmement : dans l'attente de l'évolution de l'enquête, nous exigeons la prise en charge par l'Etat, des dépenses liées aux obsèques de nos deux compatriotes disparus.

Troisièmement : pour faire respecter le couvre-feu, les forces de défense et de sécurité semblent équipées d'armes de combat, chargées à balles réelles, ce qui donne une indication sur les ordres et les consignes reçus de leurs hiérarchies. A cet effet, nous exigeons les démissions du Ministre de l'Intérieur, du Ministre de la Défense et du Ministre de la Santé, tous les trois, responsables de la chaîne de commandement sécuritaire et sanitaire, et donc, de l'escalade de violence observée ces trois derniers jours ;

Quatrièmement : afin d'observer une journée de deuil national en hommage à nos compatriotes décédés, nous soutenons l'appel à la « Ville morte », fixée au lundi 22 février 2021. Dans cet élan, nous invitons chacun à rester dans le recueillement durant cette journée et à arborer la couleur noire du deuil ;

Cinquièmement : nous invitons les Gabonais à amplifier chaque soir le « Concert des casseroles » et à renforcer la mobilisation non violente, jusqu'à la satisfaction de toutes les exigences liées à la levée des mesures de restriction des libertés et au processus de sortie de la crise sociopolitique qui mine notre pays.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.