Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 - 8 février 2021

Hier, un nouveau cas de maladie à virus Ebola a été signalé près de la ville de Butembo, en République démocratique du Congo. Jusqu'à présent, aucun autre cas n'a été identifié. L'OMS a envoyé une équipe d'intervention rapide pour apporter son soutien, si nécessaire.

L'émergence de nouveaux variants du virus a soulevé des questions sur l'impact potentiel de ces variants sur les vaccins. Nous savons que les virus mutent et nous savons que nous devons être prêts à adapter les vaccins afin qu'ils restent efficaces.

Dans les prochains jours, l'OMS prendra une décision concernant l'autorisation d'utilisation d'urgence du vaccin Oxford-AstraZeneca, pour les deux sites en Inde et en République de Corée qui le produiront dans le cadre du Mécanisme COVAX. Nous nous engageons à utiliser toutes les données disponibles pour mener à bien ces évaluations. Dans l'intervalle, le Mécanisme COVAX poursuit les préparatifs en vue de la distribution du vaccin au cours du premier trimestre et prévoit de l'ajouter à sa gamme de vaccins.

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Hier, un nouveau cas de maladie à virus Ebola a été notifié près de la ville de Butembo, en République démocratique du Congo.

La ville de Butembo est située dans la province du Nord-Kivu, où une précédente flambée avait été déclarée en juin 2020.

La patiente, malheureusement décédée, était mariée à un survivant d'Ebola.

Grâce aux importantes capacités qui ont été développées lors de la dernière flambée, les autorités sanitaires provinciales sont dotées d'une expérience significative en matière de riposte à la maladie à virus Ebola et de prévention d'une transmission ultérieure.

Plus de 70 contacts ont été identifiés, et l'OMS fournit un soutien aux autorités locales et nationales pour rechercher ces contacts et leur fournir des soins, le cas échéant.

Jusqu'à présent, aucun autre cas n'a été identifié, il est toutefois possible que d'autres cas soient signalés ultérieurement, car la patiente a été en contact avec de nombreuses personnes après avoir présenté des symptômes.

Des vaccins sont en cours d'expédition vers la région et nous espérons que la vaccination commencera dès que possible.

L'OMS a envoyé une équipe d'intervention rapide pour apporter son soutien, si nécessaire.

===

Le vaccin Oxford-AstraZeneca est l'un des nombreux vaccins qui se sont avérés efficaces pour prévenir les formes graves de la COVID-19, l'hospitalisation ou le décès.

L'émergence de nouveaux variants du virus a soulevé des questions concernant l'impact potentiel de ces variants sur les vaccins.

Hier, l'Afrique du Sud a annoncé qu'elle suspendrait temporairement le déploiement du vaccin Oxford-AstraZeneca après les conclusions d'une étude indiquant qu'il était peu efficace pour prévenir les formes bénignes ou modérées de la maladie causées par un variant qui a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud.

De toute évidence ces informations sont inquiétantes. Il y a toutefois quelques réserves importantes à émettre.

Compte tenu de la taille limitée de l'échantillon de l'essai et du profil des participants qui étaient plus jeunes et en meilleure santé, il est important de déterminer si le vaccin demeure efficace ou non pour prévenir les formes plus graves de la maladie.

Ces résultats nous rappellent que nous devons faire tout notre possible pour réduire la circulation du virus grâce à la mise en place de mesures de santé publique ayant fait leurs preuves.

Plusieurs pays réussissent à supprimer la transmission, y compris ceux où de nouveaux variants circulent.

Nous avons tous un rôle à jouer dans la protection des vaccins. Chaque fois que vous décidez de rester chez vous, d'éviter les foules, de porter un masque ou de vous laver les mains, vous empêchez le virus de se propager ou de changer d'une manière qui pourrait rendre les vaccins moins efficaces.

Il semble également de plus en plus manifeste que les fabricants devront s'adapter à l'évolution du virus, en tenant compte des derniers variants pour les futurs vaccins, y compris les doses de rappel.

Nous savons que les virus mutent et nous savons que nous devons être prêts à adapter les vaccins afin qu'ils restent efficaces.

Nous constatons cela avec les vaccins contre la grippe, qui sont mis à jour deux fois par an pour correspondre aux souches dominantes.

L'OMS dispose d'un mécanisme existant de suivi et d'évaluation des variants du virus à l'origine de la COVID-19.

Il est essentiel que les pays continuent de signaler ces variants à l'OMS, afin que nous puissions coordonner les efforts mondiaux pour suivre leur impact et fournir des conseils aux pays en conséquence.

Nous élargissons désormais ce mécanisme afin de fournir des orientations aux fabricants et aux pays sur les changements qui pourraient être nécessaires concernant les vaccins.

Ces faits mettent en évidence combien il importe d'intensifier la fabrication et le déploiement des vaccins le plus rapidement et largement possible pour protéger les populations avant qu'elles ne soient exposés à de nouveaux variants.

Nous devons également continuer à élaborer et à mener de nouveaux essais, et nous devons surveiller étroitement l'impact des vaccins sur l'épidémiologie, les formes graves de la maladie et les décès afin de pouvoir utiliser les vaccins de façon optimale.

Le Groupe stratégique consultatif d'experts sur la vaccination (SAGE) de l'OMS s'est réuni aujourd'hui pour examiner le vaccin Oxford-AstraZeneca et discuter de ces faits nouveaux. Demain, je rencontrerai le président du SAGE pour passer en revu ses recommandations.

Pour en dire davantage sur la nouvelle étude menée en Afrique du Sud et ses incidences, je suis heureux d'accueillir le Prof. Salim Abdool Karim, coprésident du Comité consultatif ministériel sur la COVID-19 en Afrique du Sud.

Professeur Abdool Karim, merci de vous joindre à nous aujourd'hui. Vous avez la parole.

[LE PROF. SALIM ABDOOL KARIM S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci beaucoup, Professeur, nous apprécions toute l'action que vous menez en Afrique du Sud et dans le monde dans la lutte contre la COVID-19, comme vous l'avez fait pendant tant d'années dans le domaine de la lutte contre le VIH. Vous avez notre respect ainsi que notre reconnaissance, Professeur.

Dans les prochains jours, l'OMS prendra une décision concernant l'autorisation d'utilisation d'urgence du vaccin Oxford-AstraZeneca, pour les deux sites en Inde et en République de Corée qui le produiront dans le cadre du Mécanisme COVAX.

Nous nous engageons à utiliser toutes les données disponibles pour mener à bien ces évaluations.

Dans l'intervalle, le Mécanisme COVAX poursuit les préparatifs en vue de la distribution du vaccin au cours du premier trimestre et prévoit de l'ajouter à sa gamme de vaccins.

Pour évoquer les incidences sur le Mécanisme COVAX de ces faits nouveaux en Afrique du Sud, je suis heureux de compter parmi nous aujourd'hui le Dr Seth Berkley, président-directeur général de l'Alliance Gavi.

Seth, encore une fois bienvenue. Vous avez la parole.

[SETH BERKLEY S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci Seth, et nous espérons poursuivre notre partenariat pour déployer les vaccins.

Je souhaite également la bienvenue au Dr Richard Hatchett, PDG de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), qui est un partenaire essentiel du Mécanisme COVAX. Richard est également disponible pour répondre aux questions des journalistes.

Merci encore une fois à tous nos invités, et Fadela, vous avez la parole.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.