Seychelles: 2350 $ c'est le minimum requis aux Seychelles pour que les banques demandent à leurs clients de fournir plus d'informations

Une somme de 50 000 SCR (2 350 dollars) a été fixée comme seuil aux Seychelles pour que les banques commerciales demandent des informations sur les objectifs des transactions en traitant avec leurs clients, a déclaré un haut responsable de la cellule de renseignement financier (FIU).

Le directeur de la FIU, Richard Rampal, a déclaré aux journalistes que le seuil avait été fixé parce que de nombreux membres du public craignaient que le niveau d'informations demandé par les banques lors des transactions était trop élevé.

"À partir de là, nous avons rencontré les banques commerciales pour examiner la question. Nous avons constaté que chaque banque avait sa propre interprétation de la loi et comment la mettre en œuvre, car ce n'était pas clair ... Par conséquent, nous avons réexaminé la question et avons décidé que le seuil notification est de 50 000 SCR », a déclaré M. Rampal

Conformément à l'article cinq de la loi de 2020 sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, une entité déclarante qui exécute une transaction en espèces ou un virement électronique de 50 000 SCR ou plus (ou d'un montant équivalent dans la devise d'autres pays) est tenue de soumettre le rapport pertinent à la cellule de renseignement financier.

M. Rampal a déclaré que cependant, "les banques continueront à collecter certaines informations sur les clients car cela est très important pour aider la FIU dans ses efforts de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme".

Récemment sur Facebook, certains citoyens seychellois se plaignaient des banques qui demandaient la cause des retraits ou des dépôts qu'importe le montant même s'il est inférieur au seuil.

Le président de l'Association des banquiers des Seychelles, Philip Moustache, a déclaré que désormais les informations sont claires et que les banques seront mieux à même de mettre en œuvre la procédure en conséquence.

« Dans le même temps, nous encourageons les gens à utiliser des formes alternatives de services bancaires telles que l'utilisation des distributeurs automatique de billets pour faciliter leurs procédures et éviter les frustrations », a déclaré M. Moustache.

En tant que membre du groupe de lutte contre le blanchiment d'argent en Afrique orientale et australe, les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, doivent se conformer et veiller à ce que les réglementations du pays soient conformes à celles du groupe d'action financière de l'organisation.

C'est pour cette raison qu'une loi de 2020 sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et la loi sur la propriété effective 2020 sont entrées en vigueur en mars 2020. En septembre de l'année dernière, le gouvernement des Seychelles a lancé un programme de trois ans pour resserrer la législation anti-blanchiment (AML)

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.