Afrique Centrale: Le Président de la République informé de l'intégration physique de la CEEAC

Luanda — Le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a été informé lundi, à Luanda, du plan d'intégration physique des pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

Au terme de l'audience que lui a été accordée par João Lourenço, le président de la Commission de la CEEAC, l'ambassadeur angolais Gilberto Veríssimo, a déclaré que l'intégration physique était liée à la connexion par route et chemin de fer entre États membres de l'organisation.

"C'est un plan de la présidence congolaise" à la CEEAC, a déclaré Gilberto Veríssimo, ajoutant que c'est dans ce cadre qu'il discute avec les Etats membres du plan d'intégration physique.

Pour le diplomate angolais au service de la CEEAC, l'intégration physique est une «grande préoccupation» pour les dirigeants de l'organisation, tout en reconnaissant qu'il existe des difficultés de communication.

Pour Gilberto Veríssimo, la question de l'intégration physique des Etats membres de la CEEAC passe par la mise en œuvre effective des plans de développement.

"Pour cela, il est nécessaire de tenir compte des plans de développement des routes et des chemins de fer dans chaque pays de la région", a-t-il souligné.

Dans cette optique, Gilberto Veríssimo, qui préside la Commission CEEAC pour un mandat de cinq ans, effectue une tournée dans les pays membres de l'organisation, dont l'Angola.

La CEEAC a été créée en décembre 1981, à Libreville, au Gabon, où elle a son siège. Elle est devenue opérationnelle en 1985 et ses objectifs sont de promouvoir la coopération et le développement autonome, avec un accent particulier sur la stabilité économique et l'amélioration de la qualité de vie.

Les onze pays membres sont l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, Sao Tomé et Príncipe, la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Au terme de l'audience que lui a été accordée par João Lourenço, le président de la Commission de la CEEAC, l'ambassadeur angolais Gilberto Veríssimo, a déclaré que l'intégration physique était liée à la connexion par route et chemin de fer entre États membres de l'organisation.

"C'est un plan de la présidence congolaise" à la CEEAC, a déclaré Gilberto Veríssimo, ajoutant que c'est dans ce cadre qu'il discute avec les Etats membres du plan d'intégration physique.

Pour le diplomate angolais au service de la CEEAC, l'intégration physique est une «grande préoccupation» pour les dirigeants de l'organisation, tout en reconnaissant qu'il existe des difficultés de communication.

Pour Gilberto Veríssimo, la question de l'intégration physique des Etats membres de la CEEAC passe par la mise en œuvre effective des plans de développement.

"Pour cela, il est nécessaire de tenir compte des plans de développement des routes et des chemins de fer dans chaque pays de la région", a-t-il souligné.

Dans cette optique, Gilberto Veríssimo, qui préside la Commission CEEAC pour un mandat de cinq ans, effectue une tournée dans les pays membres de l'organisation, dont l'Angola.

La CEEAC a été créée en décembre 1981, à Libreville, au Gabon, où elle a son siège. Elle est devenue opérationnelle en 1985 et ses objectifs sont de promouvoir la coopération et le développement autonome, avec un accent particulier sur la stabilité économique et l'amélioration de la qualité de vie.

Les onze pays membres sont l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, Sao Tomé et Príncipe, la République démocratique du Congo et le Rwanda.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.