Madagascar: Procès - Maître Francesca écope d'une peine de sursis

L'affaire de Francesca Razafimahefa, une avocate au Barreau de Madagascar a été jugée devant le Tribunal correctionnel d'Anosy, hier, après l'instruction au Parquet. Le juge a rendu son verdict après des heures de débat. Trois mois de peine de sursis pour outrage à agents de la gendarmerie et une amende de 50 000 ariary pour détention de cannabis. Telles sont les sentences proclamées à l'encontre de Francesca Razafimahefa, interpellée à Ampitatafika samedi lors d'un contrôle de routine effectué par la gendarmerie.

La garde à vue de l'avocate Francesca Razafimahefa a expiré hier après quarante huit heures de détention au bureau des enquêteurs. Vers 11 heures, l'accusée, accompagnée des éléments des forces de l'ordre, est arrivée au Palais de la Justice pour être toute de suite auditionnée au Parquet. Elle bénéficiait de la liberté provisoire après son audition mais comme l'affaire était qualifiée de flagrant délit, elle a été jugée sur le champ devant le Tribunal compétent. Le juge de siège, le ministère public, le greffier ainsi que les avocats à la défense et l'accusée se sont réunis dans la salle numéro 1 du Tribunal.

Coup monté

La grande famille des membres de l'Ordre des avocats du Barreau de Madagascar était massivement représentée dans la salle d'audience. Revêtus de leurs robes d'audience, les avocats, hommes et femmes, ont soutenu leur collègue impliquée dans une affaire d'outrage à agents de l'ordre et de détention de chanvre indien. Les faits, lors de l'opération de contrôle par les gendarmes à Ampitatafika, ont été mis en exergue durant les débats. La fouille suivie de la découverte du paquet de cannabis dans une douche près du bureau de la gendarmerie, qui constitue le fond de la poursuite, a été rappelée devant la Justice.

Trois gendarmes de l'équipe, qui participaient à la mission de la police administrative sur le lieu d'arrestation, ont témoigné devant le Tribunal, hier. Ils ont raconté le déroulement des faits. Tandis que les avocats de Francesca Razafimahefa ont insisté sur l'origine du cannabis découvert dans une toilette. Ils ont évoqué dans leur plaidoirie un coup monté et une action ciblée au détriment de leur cliente pour la simple raison que l'impliquée est la fille d'une politicienne leader du mouvement des opposants.

Cependant, dans sa position, le ministère public a réclamé l'application de la loi dans sa plaidoirie sur le fondement de la flagrance pour la détention de cannabis et sur l'outrage aux forces de l'ordre. Après la délibération dans la salle d'audience , le juge a sorti sa décision. Des représentants de l'Ordre des avocats se déclarent insatisfaits du verdict de la Justice. Mais la suite de la procédure pour montrer la solidarité envers un de leur collègue n'est pas encore annoncée.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.