Burkina Faso: Fonds catholique de solidarité - « Alfred Diban » Une campagne pour mobiliser des ressources

22 Février 2021

L'Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES) a organisé, le lundi 22 février 2021 à Ouagadougou, une conférence de presse, pour marquer le lancement de la campagne de collecte de ressources au profit du Fonds catholique de solidarité « Alfred Diban ».

«Ce que tu fais au plus petit de mes frères, c'est à moi que tu le fais », a dit le Christ pour inviter le monde à plus de solidarité à l'endroit des personnes dans le besoin. C'est foi à cet appel d'entraide, que la Conférence épiscopale Burkina-Niger a mis en place en 2018, le Fonds catholique de solidarité Alfred Diban (FCSAD) du nom du tout premier chrétien du Burkina Faso.

Après deux années d'activités qui se sont soldées par la mobilisation de plus d'un milliard F CFA, toute chose ayant permis l'exécution de plusieurs programmes notamment l'appui aux déplacés internes et aux personnes vulnérables, l'Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES) entend encore sonner la mobilisation.

A cet effet, elle a organisé, une conférence de presse pour sensibiliser et mobiliser des ressources pour accompagner le fonds pour ses œuvres. L'évêque de Dori et président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, Mgr Laurent Dabiré a indiqué que ladite campagne se déroulera dans tous les diocèses, les paroisses et les Communautés chrétiennes de base (CCB) du pays, du 21 au 28 février 2021. Et la sensibilisation a déjà débuté à l'écouter. Qui peut contribuer à alimenter ce fonds qui prend en compte toutes les composantes de la société dans son exécution ?

Selon Mgr Dabiré, la contribution de toute personne physique ou morale sans distinction de religion, mais soucieux du bien-être de son prochain est la bienvenue. C'est pourquoi, au-delà de la quête de la célébration du 28 février 2021 qui sera réservée à la collecte du fonds, il a laissé entendre que chaque curé de paroisse peut initier d'autres activités pour collecter des fondsqui seront réservées au FCSAD.

Ouverture de compte dans toutes les banques

Pour permettre à toute personne de bonne volonté de témoigner sa solidarité envers les plus vulnérables, le fonds a mis un compte bancaire en place (Numéro Ecobank 1700013733018-66) mais également, un compte Orange money au 67120003 et Moov money au 60785870. Le président de la conférence épiscopale a aussi précisé, que des comptes du fonds seront ouverts dans toutes les banques du Burkina les jours à venir.

Et pour plus de redevabilité et de transparence dans la gestion des fonds, Mgr Dabiré a rappelé que les secrétaires exécutifs diocésains, les curés des paroisses, les paroissiales d'animation, les équipes de collecte dans les paroisses et les responsables des groupes de prière sont chargés de faire les décomptes des quêtes et contributions à qui de droit. « Une conférence de presse sera organisée pour faire le point de la campagne de mobilisation des fonds », a-t-il ajouté. Cette campagne prend-t-elle en compte le Niger ? Pour l'évêque de Dori, le Burkina et le Niger vivent les mêmes problèmes par conséquent, il est nécessaire de prendre en compte leurs préoccupations.

« Ce fonds appuie la prise en charge des victimes de catastrophes naturelles : inondations, sècheresse, incendies, invasions des insectes et autres ravageurs de cultures, les crises alimentaires et nutritionnelle, les cirses sociopolitiques et les épidémies et en fonction de nos objectifs, nous pensons les intégrer dans la collecte », a souligné les membres du présidium.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.