Ile Maurice: Emploi fictif présumé - Troisième jour d'interrogatoire pour le député Sawmynaden

24 Février 2021

Il est fort probable qu'aujourd'hui l'interrogatoire de l'ancien ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, arrive à son terme. Ce sera sa troisième convocation dans l'enquête under warning concernant l'emploi fictif de Simla Kistnen comme Constituency Clerk.

Il a rendez-vous à midi avec les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID). L'ancien ministre est interrogé sous deux chefs d'accusation, à savoir escroquerie et abus d'autorité. Le CCID, explique une source, compte solliciter l'avis du bureau du Directeur des poursuites publiques après cet exercice pour savoir s'il y a matière à loger une accusation provisoire contre Yogida Sawmynaden.

Après un premier jour d'interrogatoire en fin d'après-midi lundi, Yogida Sawmynaden est retourné dans les locaux du CCID aux Casernes centrales, hier. Comme c'était le cas lundi, il y est arrivé en compagnie de Me Mamad Aleem Boccus à bord d'une BMW 320 i de l'année 2008. Cinq minutes plus tard, c'est Me Raouf Gulbul qui a fait son entrée par la porte de la rue Jemmapes.

Dans le premier volet de son interrogatoire lundi, l'ancien ministre a répondu à une trentaine de questions des enquêteurs. Il a précisé que Soopramanien Kistnen venait personnellement récupérer l'argent destiné au Constituency Clerk de lui et que son épouse, Simla Kistnen, était au courant de la transaction. Avec moult détails, il a expliqué la nature de ses relations avec le couple qui avait travaillé pour lui pendant la campagne des élections générales de 2019. Yogida Sawmynaden a expliqué qu'à la suite d'un arrangement avec Soopramanien Kistnen, ce dernier n'avait pas souhaité que le salaire de son épouse comme Constituency Clerk soit versé sur son compte bancaire, où ils avaient des emprunts à rembourser. Car la banque aurait retenu cette somme si jamais l'argent y était versé.

Yogida Sawmynaden a déclaré aux enquêteurs avoir écrit au clerk de l'Assemblée nationale le 20 juillet 2020 pour révoquer Simla Kistnen comme Constituency Clerk à la fin de ce mois-là. Cela, dit-il, après avoir appris les démêlés de cet homme avec plusieurs personnes à qui il devait de l'argent. Il aurait même disparu pendant cinq jours à partir du 14 juillet pour éviter d'être attrapé par un certain K... et un certain V... à qui il devait une importante somme d'argent. L'ancien ministre a aussi remis aux enquêteurs une liste d'appels téléphoniques échangés entre l'épouse de Kistnen et lui-même à cette époque. Ayant appris toute cette histoire pendant que son mari était missing, il l'aurait informée de son intention de la faire révoquer.

L'ancien ministre a dit connaître le couple de longue date car Kistnen aurait travaillé comme agent du Mouvement socialiste militant aux trois élections générales de 2009, 2014 et 2019. Il a expliqué que vu la confiance qui s'était installée entre eux avant même l'embauche comme Constituency Clerk, il avait prêté de l'argent à Kistnen en plusieurs occasions. Pour le soutenir dans le remboursement de ses dettes, il lui a remis des chèques en plus de dix occasions d'un montant variant de Rs 20 000 à Rs 50 000. Avant janvier 2020, il lui a aussi remis de l'argent à plusieurs reprises. L'ancien ministre a soumis aux enquêteurs les numéros de ces chèques.

Comment prouver qu'il a bien remis le salaire pour le poste de Constituency Clerk à Soopramanien Kistnen ? À cette question, le député du MSM a soutenu que cette transaction était basée sur la confiance mutuelle entre eux. Et que personne n'avait trouvé utile d'exiger un reçu à cet effet.

Dans une déclaration faite à la presse hier, Simla Kistnen a accusé l'ex-ministre de mentir à la police.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.