Congo-Brazzaville: Partenariat culturel - Les Bantous de la capitale liés par un contrat au Mémorial Pierre-Savorgnan-de - Brazza

Le protocole d'accord a été signé respectivement par le président du comité Bantous, Maurice Nguesso et la directrice générale du Mémorial Pierre-Savorgnan-de- Brazza (MPSB), Bélinda Ayessa, le 22 février dans ce temple historique congolais.

Alors que le MPSB s'apprête à inaugurer son deuxième module, il est de bon aloi, que ce genre de partenariat soit signé pour l'animation du complexe culturel congolais qui est l'une des grandes salles de spectacles de ce pays.

Le premier vice-président du Comité Bantous, Aimé George Tantsiba, a signifié que la signature de ce protocole d'accord est une rencontre très forte entre deux grandes histoires. Il y a d'un côté les Bantous de la capitale qui sont un patrimoine national, et de l'autre le Mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza qui est toute une histoire. « C'est une manière de réécrire l'histoire dans son fond. Les Bantous de la capitale ont soixante et un ans aujourd'hui soit un an de plus que le Congo indépendant, quoi de plus beau que de réunir ces deux entités. L'initiative que la directrice générale Bélinda Ayessa a eue avec le président Maurice Nguesso est une initiative louable, formidable, il faut le féliciter », a indiqué Aimé George Tantsiba.

Pour le premier vice-président de ce comité, le contrat signé concerne la prestation musicale ainsi que bien d'autres choses. « Je pense que la signature de ce contrat exclusif entre les Bantous de la capitale et le Mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, c'est quelque chose de formidable. Car il faut aller vers la rencontre de la culture, des arts et le Congo est un pays qui ne peut pas vivre sans culture. »

Quelques axes du contrat

Remerciant le président du Comité Bantous pour avoir mis en exergue le comité qu'il dirige, la directrice générale du MPSB Bélinda Ayessa a souligné que la structure qu'elle a la charge de diriger et les Bantous de la capitale sont deux institutions historiques. S'associer au mémorial ce n'est que de bon aloi, parce que ce site a aujourd'hui une visibilité certes historique mais également touristique. Car ce site ne reçoit pas que les Congolais mais aussi des étrangers qui pensent qu'ils peuvent venir non seulement se récréer mais aussi se ressourcer.

Quant aux grands axes de ce partenariat, la directrice générale du MPSB a fait savoir que les Bantous de la capitale se produiront régulièrement dans ce site. Mais le mémorial procédera étape par étape pour ne pas créer de monotonie, a-t-elle précisé. L'objectif premier étant de faire connaître l'institution Bantous de la capitale aux plus jeunes et à ceux qui viennent de l'extérieur. Les Bantous presteront dans la nouvelle salle du mémorial qui est le Complexe culturel du Congo, une manière de donner la visibilité du groupe (non seulement à Brazzaville mais aussi dans d'autres départements du Congo) aux gens qui pensent que le groupe n'existe plus, alors qu'il est encore en vie. Car plus qu'un groupe, les Bantous de la capitale sont aujourd'hui un patrimoine congolais, a déclaré Bélinda Ayessa.

C'est donc un honneur mais aussi un privilège pour le MPSB qui n'a que quelques années, d'avoir les Bantous de la capitale pour les aider à donner un peu plus d'impulsion et de visibilité à ce lieu mémorable.

« Je suis très heureuse qu'il y ait eu ce partenariat et je pense que le plus grand reste à venir. Nous allons faire en sorte que le suivi soit constant, permanent et donner davantage d'épaisseur au groupe Bantous de la capitale, parce qu'en le faisant, nous allons d'une certaine manière rehausser également ce site hautement culturel, cette institution de mémoire. Le Mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza dont j'ai la charge a besoin de tout ceci, des Bantous de la capitale pour émerger et tracer son sillon. Car comme disait Edouard Kipling : si tu veux que ton sillon soit droit attache ta charrue à une étoile », a déclaré la directrice du MPSB, Bélinda Ayessa.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.