Madagascar: Ankililoaka - Toliara - Des jumeaux vendus par leur mère

Une mère a vendu ses propres enfants au marché d'Ankililoaka, district de Toliara II. Sa situation de précarité extrême l'aurait poussé à commettre l'acte répréhensible.

MASIVELO Renam, une jeune mère de 27 ans a été aperçue aux abords du marché d'Ankililoaka hier. Elle tenait entre ses mains, deux bébés, l'un porté sur le dos et l'autre devant. La maman vendait ses jumeaux, un garçon et une fille de trois mois, aux passants au prix de 20 000ariary les deux. La mère des jumeaux n'a pas crié pour appeler des acheteurs mais disait à voix basse « aviliko anako reto », en traduction libre « Je vends mes enfants ». Elle discutait avec une dame qui a tenté de négocier le prix quand la mère a été cernée par la foule.

Stéphanie Tsiindragna, une habitante de la localité, travaillant non loin de l'endroit, a été attirée par cette foule et a demandé ce qui se tramait. « J'ai vu une mère de famille, quelque peu désorientée qui répétait qu'elle vendait ses enfants. Elle me dit qu'elle les vendait à 20 000 ariary. Je l'ai alors extirpée de la foule et tenté de la calmer avant de lui soutirer des informations » raconte Stéphanie Tsiindragna. « La maman des deux jumeaux semblait ne pas avoir toute sa tête quand je lui ai parlé. Elle ne semblait même pas connaître la valeur des 20 000 ariary. Elle balbutiait que la vie était trop dure et qu'elle préférait vendre ses enfants car elle ne pouvait pas les nourrir » continue l'interlocutrice.

Précarité

Marcellin et Marcellia, les jumeaux, sont la troisième portée de Masivelo Renama. Elle a déjà eu deux enfants auparavant mais tous deux sont décédés en bas âge car n'ont pas été nourris correctement. « C'est ce qui hante peut-être notre fille » raconte le père de Masivelo Renama. Les bébés n'ont pas de père. Les jumeaux ont été nourris à l'eau non bouillie des fois et pas toujours sucrée. La jeune mère, maigre, affiche un air fatigué et est restée très silencieuse. Ses parents, vivant dans l'insuffisance totale, vendent des brèdes périodiquement au marché d'Ankililoaka avec 2 000 ariary de bénéfice tous les trois ou cinq jours. Masivelo Renama a trois frères cadets et qui sont encore à la charge des parents. Ils vivent tous dans une case en terre d'à peine 2m2 .

La mère des jumeaux n'a pas de travail fixe. Elle n'est pas arrivée à expliquer si elle acceptait de mettre ses enfants dans un centre ou les confier à une autre entité spécialisée dans l'accueil de bébés en situation difficile. « Pour l'heure, je lui ai fourni du lait en poudre et quelques effets pour les bébés. Les habitants du fokontany de Mangily Ankililoaka on t conseillé à la famille de la mère des jumeaux de ne pas les maltraiter, ni d'essayer de vendre encore une fois leurs progénitures en attendant de voir ce qui peut être fait à long terme » souligne Stéphanie Tsiindragna. Des bienfaiteurs ont envoyé des aides financières pour la mère et les jumeaux car le cas a fait le buzz sur les réseaux sociaux. De plus amples actions de la part de la commune et de la délégation de la population sont attendues ce jour.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.