Togo: La formalisation passe par l'éducation

24 Février 2021

Trois millions de Togolais sont actifs dans le secteur informel, selon des sources officielles. Sans doute davantage. Ils contribuent à faire tourner l'économie et génèrent de nombreux emplois.

Pour les autorités, l'objectif est de convertir ces actifs vers le secteur formel. Pas simple, d'autant que la plupart présentent un niveau d'analphabétisme élevé.

Beaucoup ne savent pas lire, pas écrire, pas calculer. Ils sont ignorants des procédures et ont des difficultés à comprendre le message des pouvoirs publics concernant les avantages de rentrer dans un cycle économique plus classique.

'Nous voulons assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir les possibilités d'apprentissage', explique Baoumodom Abété, directeur général de l'Alphabétisation et de l'Education non formelle.

Cette mission revient à la Délégation à l'organisation du secteur informel (DOSI) et au ministère de l'alphabétisation qui souhaitent bénéficier du concours des ONG.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.