Angola: Le paludisme fait 10.000 morts en 2020

Luanda — Dix mille personnes sont décédées des suites du paludisme en Angola en 2020, trois mille de plus par rapport à l'année 2019, selon la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta.

Dans une interview accordée à la Télévision Publique d'Angola, la ministre a souligné qu'avec le Covid-19, de nombreuses personnes effrayées, ont cessé d'aller à l'hôpital et des maladies comme le paludisme ont fait de nombreuses victimes.

Selon Sílvia Lutucuta, il n'y a pas eu de négligence par rapport à la prévention et la lutte contre le paludisme ou d'autres maladies endémiques au détriment du Covid-19, mettant en évidence l'investissement de trois millions de kwanzas en équipements et médicaments antipaludiques.

Les cas de paludisme augmentent lorsque les vecteurs (moustiques et déchets) augmentent, et il est essentiel de se concentrer sur les déterminants de la santé, qui comprennent l'assainissement de base, l'eau potable, l'énergie et d'autres soins primaires, a-t-elle déclaré.

"Le problème du paludisme ne concerne pas seulement le traitement, mais la prévention", a-t-elle ajouté.

Selon la responsable, les autorités sanitaires travaillent pour améliorer la chaîne d'approvisionnement de la distribution de médicaments antipaludiques, car c'est un médicament gratuit dans les unités sanitaires, afin qu'il arrive au consommateur final sans contraintes.

Cependant, la ministre a fait savoir que le pays avait besoin de 25 mille professionnels de la santé, notamment des médecins, des infirmiers, des techniciens de diagnostic thérapeutique et des services généraux, pour travailler dans les infrastructures de santé construites dans le cadre du Programme d'intervention intégrée dans les municipalités (PIIM).

Dans une interview accordée à la Télévision Publique d'Angola, la ministre a souligné qu'avec le Covid-19, de nombreuses personnes effrayées, ont cessé d'aller à l'hôpital et des maladies comme le paludisme ont fait de nombreuses victimes.

Selon Sílvia Lutucuta, il n'y a pas eu de négligence par rapport à la prévention et la lutte contre le paludisme ou d'autres maladies endémiques au détriment du Covid-19, mettant en évidence l'investissement de trois millions de kwanzas en équipements et médicaments antipaludiques.

Les cas de paludisme augmentent lorsque les vecteurs (moustiques et déchets) augmentent, et il est essentiel de se concentrer sur les déterminants de la santé, qui comprennent l'assainissement de base, l'eau potable, l'énergie et d'autres soins primaires, a-t-elle déclaré.

"Le problème du paludisme ne concerne pas seulement le traitement, mais la prévention", a-t-elle ajouté.

Selon la responsable, les autorités sanitaires travaillent pour améliorer la chaîne d'approvisionnement de la distribution de médicaments antipaludiques, car c'est un médicament gratuit dans les unités sanitaires, afin qu'il arrive au consommateur final sans contraintes.

Cependant, la ministre a fait savoir que le pays avait besoin de 25 mille professionnels de la santé, notamment des médecins, des infirmiers, des techniciens de diagnostic thérapeutique et des services généraux, pour travailler dans les infrastructures de santé construites dans le cadre du Programme d'intervention intégrée dans les municipalités (PIIM).

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.