Sénégal: Enseignement supérieur - Les bacheliers non orientés priés de se rapprocher des isep

24 Février 2021

Cheikh Omar Hanne a apporté la réplique aux bacheliers qui ont fait une sortie pour dénoncer leur mise à l'écart dans les orientations. Selon le ministre de l'Enseignement supérieur, tous les étudiants qui s'étaient régulièrement et correctement inscrits sur la plateforme Campusen ont été orientés. Les autres n'ont pas fini la procédure, c'est pourquoi leur inscription sur la plateforme n'a pas été validée. Le dernier espoir pour eux, ce sont les 2000 places disponibles au niveau des ISEP.

Le ministre de l'Enseignement supérieur vient de mettre fin aux espoirs d'une orientation aux nombreux bacheliers de 2020 qui espéraient encore une dérogation après la fermeture de la plateforme Campusen.

Face à la presse, Cheikh Oumar Hanne a fait une dernière mise au point sur cette question et c'est pour faire comprendre qu'il n'y a plus possibilité pour ceux qui n'avaient achevé leur procédure de demande d'orientation, via la plateforme, de se faire orienter.

A en croire le ministre, ceux-ci ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes car sur les 69002 dossiers qui ont été traités au niveau de ladite plateforme sur un total de 72000 bacheliers issus de la session de 2020, les 62093 ont effectivement achevé la procédure de choix et de validation et ont été orientés. Et ceux qui ont été orientés ont reçu l'information par mail et par sms. A eux, de confirmer cette orientation par le paiement de la somme de 20.000 frs cfa pour « protéger » cette orientation, dans un délai d'une semaine.

Mais à l'en croire, la plupart de ceux qui crient n'ont pas achevé leur procédure d'inscription sur Campusen ou n'ont pas validé le choix avec l'envoi des frais d'inscription. Et dès lors, ils sont considérés comme des cas d'abandon.

D'après Cheikh Oumar Hanne, « à 1000 ou 2000 étudiants près, tout le reste a été orienté». Pour être plus clair sur les responsabilités des uns et des autres dans cette situation, le ministère a décidé d'ouvrir à partir de vendredi la plateforme avec tous les détails afin que tout le monde puisse accéder sur les détails de la procédure. La seule chance qui reste à ses étudiants, c'est de postuler pour une orientation dans les ISEP (instituts supérieurs d'enseignement professionnels où 200 places sont encore disponibles pour les bacheliers de 2020 et de 2019 et après une sélection.

Face à aux journalistes, le ministre a tenu à rappeler aux bacheliers que les orientations dans les écoles privées supérieurs sont arrêtées depuis 2019. Là aussi, aucune possibilité contrairement à ce que semblent soutenir certains candidats à l'orientation : « non seulement, les universités ne sont pas pleines mais surtout depuis 2019, l'Etat a décidé de mettre fin à l'orientation dans le privé. Par conséquent, il n'y a plus de possibilité d'être orienté dans le privé », a fait savoir le ministre.

Pour l'heure, le cas des bacheliers reste à être réglé et, d'après le ministre, c'est en cours avec les universités comme celle de Touba.

ARMES DECOUVERTES AU CAMPUS DU COUD : Les détenteurs encourent la radiation et les poursuites judiciaire

En marge de sa rencontre avec la presse, le ministre de l'Enseignement supérieur est revenu sur les récents évènements avec la découverte des armes blanches dans les chambres d'étudiants. Cheikh Oumar Hanne reconnaît que c'est une réalité dans les campus mais annonce des mesures draconiennes pour lutter contre ce fléau. Entre autres mesures, la radiation et les poursuites judiciaires. « C'est un fait récurrent, surtout à l'approche des renouvellements des instances des amicales d'étudiants. Mais des instructions fermes ont été faites aux autorités des différentes universités pour que tout étudiant pris avec des armes soit traduit en conseil de discipline pour être radié et que des poursuites judiciaires soient entreprises », a dit Cheikh Omar Hann.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.