Tunisie: Institut National de la Consommation - Une application mobile voit le jour Code Online ou le nouveau comparateur de prix

24 Février 2021

«Code Online» est la nouvelle application de téléphonie mobile qui va permettre aux consommateurs tunisiens avertis de se faire une idée sur les prix des produits et denrées alimentaires, et de les comparer avec ceux affichés dans les marchés et les espaces commerciaux, et ce, pour plus de transparence.

L'annonce du lancement prochain d'une application mobile pour la consultation et la vérification des prix de détails des produits alimentaires suscite l'intérêt des consommateurs. Cette application inédite fournira au consommateur des données sur les prix de cinq produits frais (légumes, céréales, viande, volaille et poisson) dans les marchés de détail situés à proximité de leur localisation. L'application «Code Online» s'évertuera à ancrer une nouvelle culture de la consommation en Tunisie pour offrir un meilleur service que celui des comparateurs de prix qui pullulent sur les stores de téléchargement. L'Institut national de la consommation, instigatrice de l'opération séduction destinée au consommateur, compte lancer cette application, gratuitement disponible en téléchargement sur les portails de google store (Android et IOs), à la mi-mars 2021.

On a contacté Mourad Ibn Hossein, directeur-général de l'INC, pour connaître les objectifs de l'innovation technologique au service des consommateurs tunisiens et quelles seront les retombées économiques. Combien de consommateurs cette application va-t-elle cibler ? Y a-t-il eu auparavant une expérience similaire au niveau de l'INC ? Le succès sera-t-il au rendez-vous quand on connaît les exigences du consommateur tunisien ? De quelle manière le «juste prix» sera -t-il vérifiable ? Tant de questions que chaque consommateur doit savoir avant de manipuler cette application innovante.

M. Ibn Hossein situe le potentiel de consommation à ¾ de la population tunisienne, soit huit millions de consommateurs. Il insiste sur le fait qu'au moins un membre dans chaque famille possède un Smartphone et peut donc recourir théoriquement à cette application en toute simplicité et sans aucun coût. On ne peut donc pas réellement parler de discrimination entre les consommateurs, puisque même les personnes du troisième âge savent manipuler une simple application, à moins de les guider.

D'ailleurs, dans une prochaine étape, quelques jours avant le grand lancement de «Code Online», on saura définitivement ce qu'elle a dans le ventre. «Le citoyen joue un rôle de consommateur responsable», rajoute-t-il avec des prix contrôlés et vérifiés. Toutefois, si les prix du marché de gros sont destinés à fournir l'application en informations pour évaluer les écarts avec les prix de détail, ils ne sont pas destinés aux consommateurs finaux et ne sont donc pas indiqués. Ces derniers ont un regard sur le marché des produits de détail. Un utilisateur de l'application pourra prendre une photo instantanée du prix irrégulier ou non vérifié, en cas d'abus et de dépassement, le signaler avant de l'envoyer au service du contrôle économique. Il affirme que c'est la première expérience du genre pour l'INC. Le «comparatif du panier» va afficher le prix du kilo de chaque variété de légumes et orienter le consommateur final vers le prix le plus propice et indiqué pour l'achat.

Paliers de prix

Les achats de produits frais sont concernés dans une première étape, mais pas les produits industriels et emballés. «C'est une initiative en vue de réduire les abus, parce que le processus est long et complexe. Il requiert une plateforme d'enregistrement des produits du marché de gros notamment », poursuit notre interlocuteur. Il donne le barème des prix que l'application va utiliser pour indiquer si le prix est régulier ou pas. Les produits du marché de détail comme les fruits et légumes intègrent des paliers qui vont mesurer les écarts entre les prix de gros et de détail.

«Jusqu'à 900 millimes, on évalue un écart à hauteur de 35% appelé marge bénéficiaire, de 0,900 à 1,5 dt, le taux descend à 30%, plus de 1,5 dt, il est encore plus bas à 25% ». Un index de prix qui va guider le consommateur sur place. « Le consommateur va signaler le dépassement constaté, en n'achetant pas le produit sous forme de boycott implicite», développe Ibn Hossein. On peut supposer un dépassement qui sort du cadre de la réglementation des prix, il pourra être signalé. «Si un vendeur de volailles égorge un poulet devant le consommateur au niveau de l'espace de vente, une pratique interdite, le consommateur avisé pourra le signaler à travers cette application».

Des informations qui complètent l'étendue des détails qu'on a révélés au sujet de cette application, sur les colonnes du journal La Presse du lundi 22 février 2021. Il s'agit d'une nouvelle façon de consommer ciblée et méthodique, grâce à l'apport des Ntic accessibles à tous.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.