Cameroun: Musique - Singuila à cœur ouvert

Au centre de la rencontre intimiste entre le chanteur français et ses fans lundi dernier à l'Institut français de Yaoundé, son nouvel album, « Docteur Love ».

Au Cameroun pour la promotion de « Docteur Love », son cinquième album, Singuila a un agenda très chargé. Après la présentation de ce nouvel opus et le show-case y afférent, le chanteur français d'origine centrafricaine a de nouveau arboré sa blouse de médecin du cœur. Le « Docteur Love » s'est retrouvé avec ses fans de Yaoundé, après ceux de Douala, pour une consultation bien spéciale. L'auteur-compositeur a donné un atelier d'écriture le 22 février dernier à l'Institut français antenne de Yaoundé, dans le cadre de la promotion de son cinquième album intitulé « Docteur Love ». Un opus de 12 titres, sorti le 12 février dernier chez Universal Music Africa.

L'auteur de « On ne vit qu'une fois », « Ghetto compositeur », « Ça fait mal » et « Entre deux » est venu communier avec son public et échanger avec lui sur le processus et le contexte de création de ses chansons qui endiablent les mélomanes depuis 1999, année de sortie de son premier single « Comme personne ». « Vous connaissiez le chanteur, vous allez découvrir l'homme », a déclaré à l'entame de la soirée Brice Albin Yamedzeu, le modérateur. En toute convivialité et à cœur ouvert, l'artiste de RnB aux 22 ans de carrière est revenu sur ses débuts au sein du label français Secteur Ä, son parcours, ses relations familiales et amicales, ses rencontres, ses ambitions, ses convictions et les anecdotes derrière chaque album ou chanson. Mais surtout, ses sources d'inspiration au quotidien et sa capacité à se réinventer après chaque titre, en surfant sur des sonorités d'ici et d'ailleurs.

Tous ont appris davantage sur ses collaborations avec des artistes comme Sheryfa Luna, pour qui il a écrit le tube « Il avait les mots », ainsi que ses featurings avec des icônes comme Papa Wemba sur le titre « Anita », Koffi Olomidé sur « La femme de quelqu'un » et Charlotte Dipanda sur « Cœur en cage ». Des hits inspirés de son vécu comme « Ça fait mal » où il rend hommage à son feu père, avec qui il a eu une relation tumultueuse. Sa disparition lui a permis de réaliser qu'il « y a des choses plus importantes que l'orgueil ». Au-delà de la consultation, le « Dr Love » est revenu sur ses combats. Notamment contre l'immigration clandestine à travers la chanson « Je reste au pays » en featuring avec Tenor et Didi B, où il invite les jeunes à œuvrer plutôt pour le développement de leurs pays au lieu de prendre le large.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X