Ile Maurice: TIC - Cybernaptics vise des moyens innovants pour aider les firmes à réduire leurs coûts

24 Février 2021

Fondée en 2009, Cybernaptics Ltd est dans le service de solutions informatiques et dans la Regulatory Technology (RegTech - nouvelles technologies au service de la réglementation financière) et la Robotics Process Automation. L'équipe se compose de 46 professionnels répartis entre Maurice, dont les bureaux sont situés à Mer Rouge, et l'Afrique.

En effet, une société d'investissement a été créée sous Cybernaptics Holdings qui est propriétaire de Cybernaptics Ltd et aussi d'une compagnie sœur, Cyberskills, spécialisée dans la formation et Cybernaptics Africa dans le business development en Afrique avec une présence au Kenya et en Afrique du Sud.

Comme partout ailleurs, le Covid-19 a causé un ralentissement dans la société, notamment la suspension de certains projets d'investissements. Mais de l'autre côté, les entreprises investissent dans l'informatique car celle-ci permet d'augmenter l'efficience.

Viv Padayachty, le directeur général de Cybernaptics, constate que pour une entreprise aujourd'hui, la main-d'œuvre n'est pas bon marché et avec le Covid-19 toutes les entreprises sont dans une logique de réduction des coûts. Faisant face à des difficultés, il y a une pression sur l'entreprise pour de l'efficience et la technologie y aide, explique-t-il.

La pandémie accélère l'adoption de la technologie dans le pays comme partout dans le monde. «Nous constatons que les entreprises sont plus ouvertes, par exemple, au Cloud car elles réalisent que ce n'est pas nécessaire d'aller investir dans de grosses machines ou de gros data centres. Et découvrent le moyen de travailler à distance.»

Cybernaptics poursuit ses quatre pôles d'activités nommément l'IT Managed Services, offrant l'infrastructure informatique traditionnelle et non-traditionnelle, le développement de logiciels et les solutions informatiques. Toutefois, comme les clients ont une préférence pour les services et les solutions qui leur permettent de réduire les coûts, l'entreprise met l'accent sur les moyens devant aider leurs clients à réaliser des économies soit par un gain d'efficience, soit par un meilleur contrôle entre autres.

L'Afrique

«La stratégie de Cybernaptics vise donc plus les services. Nous allons ajouter une valeur rajoutée dans le développement de ceux-ci. Nous voulons utiliser Maurice comme une base d'opération pour tout ce qui est intellectual property. Et l'exporter en l'Afrique», avance le directeur général.

En janvier 2020, Cybernaptics Africa voulait se concentrer essentiellement sur le marché africain et s'intéressait aux solutions de traçabilité dans les secteurs de la vente au détail, de la fabrication, de la santé et de la chaîne d'approvisionnement. La société voulait également développer ses solutions Internet of Things dans le domaine de smart agriculture, de l'énergie et de la surveillance de l'eau.

Le lancement de Cybernaptics Africa devait avoir lieu en Nairobi en avril dernier mais a été annulé, relate-t-il. Comme ce projet est en suspens, «on essaie de réduire un peu les coûts au niveau de l'Afrique en attendant que la situation s'améliore. L'an 2020 a été une année très difficile. Kenya a été en lockdown et les frontières fermées. De même pour l'Afrique du Sud. Et leur économie a aussi été très impactée. Nous essayons de voir comment y reprendre les activités.» Pour le moment, Cybernaptics cherche à affiner l'étude du marché et les stratégies en attendant que les conditions soient plus favorables pour démarrer.

Avec la pandémie, il est difficile de garder une connectivité avec l'Afrique à travers les vidéo conférences dans certaines régions avec les pannes d'électricité et la connexion Internet non stable. Certes la connexion en ligne aide mais elle ne remplace pas la présence physique.

Par ailleurs, selon Viv Padayachty, Maurice devrait se positionner comme un centre de recherche et de développement de produits et de services et les exporter aux pays de la région.

Au mois d'août l'an dernier, Cybernaptics a annoncé un partenariat stratégique avec Automation Anywhere, leader international dans la Robotic Process Automation, l'automatisation des processus par la robotique. «La Robotic Process Automation est toujours en phase de popularisation. C'est en phase de découverte et éventuellement, ça va déboucher sur l'adoption. Il y a certainement une demande mais le cycle d'adoption prend un certain temps car le client lui-même doit savoir ce qu'il veut automatiser ainsi que les procédures de la tâche. Bien souvent les clients ne les connaissent pas en détail. Et là il y a une étude à faire.» Il précise que les processus répétitifs peuvent être automatisés et cela incite les entreprises à monter en valeur dans leurs activités et à monter en gamme.

Pour Viv Padayachty, le secteur IT peut être un secteur moteur mais soutient qu'il faut être réaliste sur le fait que Maurice est limité en termes de ressources humaines et qu'il faut accepter de faire venir de l'expertise de l'étranger pour pouvoir avancer. Car beaucoup de nos jeunes qui étudient à l'étranger ne veulent pas retourner au pays pour valoriser leur savoir-faire.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.