Niger: Présidentielle - L'opposition ne reconnait pas sa défaite

Mahamane Ousmane, candidat arrivé 2e derrière à la présidentielle 2021 au Niger
24 Février 2021

C'est devenu un classique : après une élection, le candidat perdant crie à la fraude et s'auto-proclame vainqueur. Une situation que l'on observe au Niger.

"La compilation des résultats des PV en notre possession à travers nos délégués dans les différents bureaux de vote nous donnent gagnants avec 50,3% des voix, contre 49,70% pour le candidat du pouvoir." Depuis son fief de Zinder dans le sud-est du Niger, le candidat de l'opposition Mahamane Ousmane revendique donc la victoire à la présidentielle de dimanche. Il dénonce par ailleurs des "fraudes" qui auraient "été perpétrées dans toutes les régions.

Un dispositif qui ne permet pas la fraude

La réaction du camp Bazoum, déclaré vainqueur avec 55,75% des voix, n'a pas tardé. Selon Boubacar Sabo le secrétaire chargé des élections de Mohamed Bazoum "l'opposition nigérienne a la particularité d'être à contre-courant des institutions de la République. Mais le dispositif électoral nigérien, notamment les dispositions au niveau des bureaux de vote, ne permet à aucun candidat de frauder. La composition du bureau est la suivante : lorsqu'un candidat a le président du bureau de vote, l'autre a le secrétaire du bureau de vote... En plus, tous les candidats ont la possibilité d'envoyer un délégué ou deux même dans ces bureaux de vote."

Une remise en cause des institutions

Pour Bachirou Amadou Adamou, docteur en droit public, la tendance à la contestation des élections est un message destiné au peuple pour avoir son adhésion mais également à la communauté internationale"... par cette contestation, c'est une remise en cause des institutions en charge des élections, mais également une remise en cause des institutions en charge du contentieux électoral. Dans certains cas c'est une stratégie qui a pu faire ses preuves" explique t-il. Alors que le refus de l'opposition de reconnaitre sa défaite fait monter la tension au Niger, il faut noter que les résultats provisoires doivent encore être confirmés par la Cour constitutionnelle.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.