Madagascar: Assainissement d'Antananarivo - La SMA face à un immense défi

Comme elle l'a souhaité, la CUA a la charge exclusive de la gestion des ordures et l'assainissement d'Antananarivo. Ayant tous les atouts dans sa manche, elle n'aura plus d'excuse en cas de défaillance.

Une obligation de résultat. La commune urbaine d'Antananarivo (CUA), n'aura plus droit à l'erreur en matière de gestion des déchets et l'assainissement d'Antananarivo. Le conseil du gouvernement du 20 février, a réalisé les vœux de la CUA de lui donner les pleins pouvoirs en matière d'assainissement et d'hygiène dans la capitale.

C'est ainsi que le Service autonome de la maintenance de la ville d'Antananarivo (SAMVA), rattaché au ministère de l'Eau, de l'assainissement et de l'hygiène est dissout. Il laisse la place à la Société municipale d'assainissement (SMA), créée au sein de la CUA.

Pour l'heure, les contours de cette nouvelle entité au sein de la CUA ne sont pas clairement définis. Michkael Reilly Solofoniaina, directeur de cabinet adjoint du maire d'Antananarivo, indique que les attributions de la SMA seront les mêmes que celles du SAMVA. Il ajoute que « cette fois-ci, il n'y aura plus d'échappatoire. La gestion de l'assainissement dans la capitale sera pleinement prise en main par la CUA ». C'est justement ce qu'attendent les habitants, de l'action et des résultats.

Cartes en main

Le directeur de cabinet adjoint de la CUA rappelle que le « Veliranon'Iarivo », du premier magistrat d'Antananarivo, ambitionne d'avoir une ville propre, éclairée et organisée. La question de l'assainissement et de l'hygiène a pourtant toujours été un problème délicat pour les autorités de la capitale.

À l'incivisme et la négligence des habitants s'ajoutent les récurrents problèmes de budget ou de matériel du SAMVA.

Au plus fort de l'amoncellement des ordures à Antananarivo, l'année dernière, Naina Andriantsitohaina, maire d'Antananarivo, a martelé, qu'il a lui-même supervisé les opérations de ramassage d'ordures organisées par la CUA pour prêter main forte au SAMVA. « Rendez à la CUA la gestion de l'assainissement et nous allons résoudre le problème », avait-il déclaré. Ce qui est chose faite.

La CUA a toutes les cartes en main pour atteindre ses objectifs d'un Antananarivo propre.

Maintenant, la CUA sera jugée sur ses actions et ses résultats. Michkael Reilly Solofoniaina indique, toutefois, qu'il faudra un peu de temps pour les formalités administratives et la prise en main des activités du SAMVA par la SMA. A l'entendre, cependant, les responsables du Service autonome de maintenance devraient être transférés à la Société municipale d'assainissement. Il en est de même pour l'essentiel du personnel.

En ayant les pleins pouvoirs dans l'assainissement de la cité, la Commune d'Antananarivo aura aussi à résoudre le casse-tête du budget et du matériel qui a toujours été le problème du SAMVA. La dotation de trente-cinq camions et centsoixante-quinze bacs à ordures flambants neufs, en 2019, n'a pas résolu le problème. Le manque de moyens pour l'achat de carburant ou encore pour la maintenance des véhicules revient systématiquement sur le tapis.

Durant un débat télévisé sur la gestion des ordures dans la capitale, un responsable du ministère de l'Eau avait soutenu que le département ne faisait qu'une tutelle technique du SAMVA. Une manière de dire que le budget, l'organisation et les choix stratégiques ne dépendaient pas juste du ministère. La Commune était, en effet, un membre à part entière du conseil d'administration du SAMVA.

La CUA compte sur des partenariats et des projets de modernisation pour booster l'efficience de la SMA dans sa mission. Un soutien de l'Etat n'est pas à écarter. D'autant plus que les autorités de la capitale et les autorités étatiques sont de la même famille politique. La gestion de la ville des Mille a, en effet, toujours une portée politique.

Pour les habitants d'Antananarivo, en tout cas, il n'y a que le résultat qui compte. Étant donné qu'il s'agit de la partie visible de l'iceberg, les débats sur l'assainissement tendent à être cantonnés à la gestion des ordures. Pourtant, il y a aussi, le curage des canaux, ou encore, le nettoyage quotidien des rues et ruelles. Une autre paire de manches souvent négligée et pourtant essentielle pour atteindre l'objectif d'une capitale propre.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.