Madagascar: Projets de développement - Les bailleurs de fonds restent impliqués

Le conseil des ministres rassure sur l'engagement des bailleurs de fonds dans le soutien aux projets de développement de Madagascar. Les processus de financement en cours ont été énumérés.

« Tout va pour le mieux ». Tel est le message soutenu par le communiqué du conseil des ministres d'hier, s'agissant des relations entre l'Etat et les bailleurs de fonds, notamment, les partenaires financiers traditionnels de Madagascar.

L'objectif de la communication faite durant la réunion d'hier, par Richard Randriamandrato, ministre de l'Economie et des finances, a visiblement, été pour rassurer l'Exécutif, mais aussi l'opinion publique. « La coopération de Madagascar et les bailleurs de fonds internationaux suit son cours », soutient le rapporte du conseil des ministres. Pour renforcer cette affirmation, les processus en cours, notamment, avec les principaux bailleurs ont été passé en revue.

C'est ainsi que, d'après le communiqué du conseil des ministres, le grand argentier de l'Etat a mis en avant qu'une somme de 492 millions d'euro de la part de l'Union européenne, est en vue. Un financement dans le cadre du Programme indicatif national (PIN), qui couvrira la période 2021 - 2027. Les 490 millions de dollar d'aide américaine par le biais de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), ont également, été évoqués.

Selon le rapport de la réunion hebdomadaire de l'Exécutif, une quinzaine de programme soutenu par les Nations Unies a aussi, été énumérée au palais d'Etat d'Iavoloha, hier. Un « Plan cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable », comprenant ses programmes d'aide, serait actuellement en gestation.

A renforcer

Il est souligné que tous ces axes de coopération et appuis internationaux cadrent avec la ligne tracée avec le futur Plan émergence de Madagascar (PEM). A la lecture du communiqué du conseil des ministres, les travaux préliminaires avec la Banque mondiale sur le programme « Gouvernance des infrastructures et la connectivité », sont toujours en cours. S'il est acquis, l'institution de Bretton Woods mettra une enveloppe de 400 millions de dollar à Madagascar, notamment, pour le renforcement du secteur énergétique.

Dans une lettre qui a fuité sur les réseaux sociaux, la semaine dernière, la Banque a, cependant, indiqué le processus en cours sur le programme « Gouvernance des infrastructures et la connectivité », risque d'être compromis. Ceci en raison du rétropédalage de la Jirama sur le nouveau mode de tarification OPTIMA.

L'application d'une nouvelle structure tarifaire de l'électricité est, en effet, une des conditionnalités prévues dans les travaux préliminaires. Dans sa missive, la Banque mondiale affirme son regret de ne pas avoir eu une réponse satisfaisante de la Jirama, quant à sa demande d'une « analyse détaillée », des impacts financiers des rectifications des factures inhérentes à la suspension d'OPTIMA. Cette mesure fait suite à une directive du conseil des ministres du 20 janvier.

Durant une rencontre avec la presse, mardi, le ministre de l'Economie et des finances, a indiqué qu'il aurait fallu juste répondre que le moment n'est pas opportun pour l'application du nouveau mode tarifaire, mais qu'il le sera. Le rapport du conseil martèle, en tout cas, que les collaboration et discussions avec la Banque mondiale suivent leur cours et seront renforcées.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.