Ile Maurice: Club Triveni - Elections sur fond de fraude soupçonnée

25 Février 2021

Les élections du comité exécutif du club Triveni à Beau-Bassin auront lieu demain, vendredi 26 février. En toile de fond, une affaire logée en cour intermédiaire contre l'équipe de Mohipnarain Joynathsingh, qui a occupé le poste de président pendant deux décennies avant de perdre ces élections le 30 novembre 2018.

En effet, lorsqu'il a pris le pouvoir, l'équipe sortante, dirigée par Girish Desai, a noté plusieurs irrégularités sur le plan financier. Notamment l'absence d'une somme de Rs 2 millions qui aurait dû se trouver dans les caisses du club, durant les années 2016 et 2017. La nouvelle direction décide alors de recruter un forensic indépendant pour mener une enquête en 2019. Après les conclusions de l'enquête, le comité exécutif décide de référer l'affaire à la justice, l'année dernière. Celle-ci est toujours en cours.

Sollicité, le président sortant, Girish Desai, se dit satisfait du travail abattu pendant les 12 derniers mois, en dépit du confinement dû au Covid-19 ou encore le temps que cela a pris pour prendre connaissance de l'héritage «lourd» laissé par l'équipe de son prédécesseur. «Il y a eu une nette amélioration sur tous les plans. D'ailleurs, on a présenté notre bilan aux membres lors de notre assemblée générale, en novembre 2020. Et c'est majoritairement les mêmes membres de l'équipe qui vont se présenter une nouvelle fois. Sauf quelques membres qui ont démissionné et dont on a assuré le remplacement», souligne-t-il.

Quels sont les projets réalisés ? «On a introduit des classes de yoga, d'activités physiques. On a aussi acheté des tapis roulants et des vélos d'exercice. Pendant le confinement, on a organisé une collecte de sang. On a aussi distribué de l'eau aux pèlerins pour la fête Maha Shivaratree. À deux reprises, on a organisé des eco-markets. On s'est également doté d'une télévision afin que les membres puissent venir regarder les courses hippiques ensemble. Par ailleurs, on a noté que nos membres étaient surtout une population vieillissante. On a invité une cinquantaine de jeunes à se joindre à nous. Sans compter qu'on a terminé l'adhésion de ceux qui ne payaient pas leur cotisation mensuelle depuis un moment (à ce jour, le club compte 207 membres). On devait aussi actualiser les règlements du club, ce qui a été fait», explique Girish Desai.

Également sollicité, l'ancien président Mohipnarain Joynathsingh confie qu'il n'a pas postulé comme candidat cette fois-ci. «Il est temps de prendre ma retraite. Le club avait presque disparu, j'ai beaucoup œuvré pour le préserver. À chaque fois, c'est moi qu'on a réélu comme président car on m'a fait confiance. Maintenant, je laisse les autres continuer le travail.» En ce qui concerne les reproches que lui font l'équipe sortante, le principal concerné réplique que «des quinze membres du board durant son mandat, deux étaient comptables. Ils n'ont jamais rien dit. Tout se passait au niveau du conseil d'administration de l'association. Je ne faisais rien de mon propre chef.»

Pour rappel, l'équipe sortante avait contesté la tenue des élections en mai 2018 pour plusieurs raisons. Elle reprochait à l'équipe au pouvoir d'alors d'avoir recours à des tactiques dilatoires concernant la date des élections, les lettres de candidature ou encore de refuser de communiquer la liste des membres, entre autres. Celle-ci avait obtenu gain de cause. C'est ainsi que ces élections se sont tenues le 30 novembre de la même année. Le président d'alors, Mohipnarain Joynathsingh, devait expliquer que la candidature des contestataires avait été rejetée car elle serait arrivée après la date butoir.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.