Sénégal: Dakar - 22 mille doses pour réduire les risques

25 Février 2021

La région de Dakar a lancé hier, mercredi 24 février le démarrage de la campagne de vaccination. Marquée par une forte concentration des cas de Covid dans la capitale, les acteurs espèrent vivre une accalmie dans les jours à venir. Avec 22 mille doses, la région médicale va démarrer par le personnel soignant de première ligne avant de migrer vers les personnes âgées vivant avec ou sans comorbidité. La cérémonie a eu lieu au district Nord de Nabil Choucair en présence du gouverneur de Dakar Al Hassan Sall qui a donné le coup d'envoi en se faisant vacciner en premier.

Le gouverneur de Dakar Al Hassan Sall a présidé hier, mercredi 24 février, le démarrage officiel de la vaccination dans la région médicale de Dakar qui concentre à elle seule plus de 80% de cas de Covid du Sénégal. Un constat qui fera dire au gouverneur de ladite région M. Sall, « quand on parle de pandémie de la Covid-19 et qu'on énonce la région de Dakar, le premier réflexe c'est de se dire que c'est cette région qui symbolise la percée de la maladie au Sénégal ». Et de poursuivre : « parce que c'est la capitale sénégalaise qui constitue l'épicentre de cette pathologie».

Pour le gouverneur de Dakar, plusieurs facteurs le justifient mais également plusieurs données le prouvent. Face à cette situation, le gouverneur Sall a estimé : «si nous devons faire un dans les autres régions, nous devons faire dix dans la région de Dakar. C'est pourquoi j'apprécie la mobilisation de l'ensemble des acteurs notamment communautaires comme ceux-là répondant de l'autorité de l'Etat. Mais aussi acteurs des collectivités territoriales, ceux des élus nationaux pour que dans le sillage de la voie tracée par le président de la République et le ministre de la Santé et de l'Action sociale que l'on puisse faire de cette vaccination un succès».

Pour les élus présents au cours de la rencontre à savoir le maire des Parcelles Assainies, le maire de Cambérene, celui de Patte d'Oie entre autres, cette rencontre couronne toutes les actions posées par les collectivités locales dans la lutte contre le coronavirus. Pour rappel, la région de Dakar regroupe le quart de la population sénégalaise notamment 20 % de la population totale du pays soit 3 millions 38 mille 355.

Selon le gouverneur de Dakar, parmi ces populations nous avons une cible de 784 mille 520 à vacciner. « Pour le démarrage nous allons dans un premier temps procéder à la vaccination d'une population certainement tournant autour de 22 mille en attendant que nous puissions l'élargir aux autres personnes concernées» a-t-il renseigné.

Toutefois, après les 22 mille personnes ciblées concernant le personnel soignant à vacciner, les autorités vont progresser pour atteindre 120 mille et après cela on va continuer pour atteindre leur vitesse de croisière en vaccinant 700 mille personnes dans un délai raisonnable selon le gouverneur. «C'est cela l'objectif. Et nous appelons les uns et les autres à aller se faire vacciner s'ils font partie de la catégorie ciblée et amener ceux qui doivent l'être car faisant partie de cette cible à se faire vacciner. C'est ça notre combat», a soutenu M . Sall. Pour le médecin chef de région, le docteur Ndeye Maguette Ndiaye, la vaccination est gérée par les districts sanitaires. «Dans la région de Dakar nous avons 12 districts sanitaires répartis dans les 4 départements. L'ensemble des personnels des centres de santé, des postes de santé et des hôpitaux sont ciblés dans la vaccination de même que le secteur privé de santé», a-t-elle renseigné.

Stratégie de conservation et d'acheminement des vaccins

Pour la conservation et l'acheminement des vaccins dans les différentes structures de santé devant abriter la vaccination contre le coronavirus, le médecin chef de région de Dakar, docteur Ndeye Maguette Ndiaye Ndong a souligné : «c'est le même circuit de distribution que celui du programme élargi de vaccination que nous avons au Sénégal qui est utilisé pour la Covid. C'est-à-dire, c'est la pharmacie nationale d'approvisionnement (Pna) qui nous a amené les vaccins au niveau de la région médicale. Arrivés à notre département, nous faisons la distribution sur les districts sanitaires qui ont chacun leur dotation et dans chaque district, il y a un réfrigérateur homologué où on peut conserver les vaccins entre plus 2 et plus 8 degrés. Et au niveau des postes de santé, nous avons les mêmes types de chaines de froid qui conservent les vaccins entre plus 2 et plus 8 degrés» a-t-elle renseigné.

Et de poursuivre : « pendant le démarrage de la vaccination pour la région de Dakar, vous avez vu à coté de chaque vaccinateur, on avait mis un porte vaccin et dans ce porte vaccin nous mettons aussi des accumulateurs selon notre technique qui va conserver les vaccins entre plus 2 et plus 08 degrés. Donc, c'est pour rassurer la bonne conservation des vaccins et c'est ce qui va rendre valide les doses des populations qu'ils vont recevoir. Le vaccin Sinopharm se conserve entre plus 2 et 8 degrés. Nous avons des réfrigérateurs adaptés par rapport à ce type de vaccin». Pour rappel le vaccin anti covid se fait en deux doses en l'espace de trois semaines.

VACCINATION DU PERSONNEL SOIGNANT : La région de Dakar compte boucler la séance dimanche prochain

22 mille agents de santé sont ciblés dans la région médicale de Dakar pour cette première phase de la campagne vaccinale contre le coronavirus. Ces derniers seront vaccinés jusqu'à dimanche avant de céder la place à la cible dite des personnes âgées vivant avec ou sans comorbidités mais aussi toute personne qui vit avec une pathologie chronique.

Dans la région médicale de Dakar, le nombre d'agents de santé à vacciner est estimé à 22 mille. A cet effet, le médecin chef de région docteur Ndeye Maguette Ndiaye Ndong compte boucler la vaccination de cette frange au plu tard dimanche. «Pour le démarrage on commence par le personnel de Santé et c'est celui qui est en première ligne. On les vaccine d'ici dimanche et s'il plait à Dieu, nous allons boucler l'ensemble du personnel de la région», a annoncé la blouse blanche. Et de renseigner que pour la première dotation, la région de Dakar dispose de 22317 doses. Ce qui lui fera dire : «la deuxième dose aussi est sécurisée. C'est-à-dire que ce sont ces mêmes personnes qui vont recevoir la même dose au bout de trois semaines d'intervalle de vaccination». Avec le démarrage de cette campagne de vaccination, les acteurs de la santé espèrent minimiser les risques de décès ou la survenue de signes de gravité chez ces personnes atteintes de Covid dès cette première campagne. Toutefois, après le personnel de santé, la deuxième étape va consister à vacciner les autres personnes âgées qui ne vivent pas avec une comorbidité et toute autre personne qui a une maladie chronique pour tout âge confondu.

RECONNAISSANCE DES PERSONNES VIVANT AVEC DES COMORBIDITÉS

Pour cette première campagne de vaccination les autorités sont très sélectives. L'accent est mis dans l'équité et la transparence pour la reconnaissance des cibles. Selon le docteur Ndeye Maguette Ndiaye, «nous avons nos registres de consultations, il y a des personnes âgées qui sont bien connus par nos services de santé. Mais aujourd'hui, le ministère de la santé est même allé haut de là. Avec la digitalisation, on peut identifier nos cibles. Aujourd'hui, chaque personne a la latitude d'inscrire son parent qui vit avec une comorbidité dans la plateforme, maintenant lors de la vaccination, il nous faut des preuves que cette personne a une comorbidité. C'est-à-dire qu'elle est suivie pour la tension, diabète entre autres autres. On aura besoin de documents telles que les fiches de rendez-vous, les ordonnances», a-t-elle évoqué. Et de poursuivre : «le nombre de personnes âgées représente 3% de la population générale de la région, qui est estimé à plus de 100 mille habitants. La cible à vacciner est environ 700 mille habitants. Dans les 700 mille habitants cela représente 20% de la population générale. Par rapport à la population générale, nous avons 3% dans la région de Dakar qui représentent les personnes vivant avec une comorbidité. Les 17% qui restent, c'est les populations n'ayant pas une comorbidité et les populations ayant une comorbidité pour tout âge confondu».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.