Afrique: Nouvel enlèvement de masse au Nigeria, la troisième attaque d'un pensionnat depuis décembre

Au Nigeria, un nouvel enlèvement de masse a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un pensionnat de l'État de Zamfara, dans le nord-ouest du pays. Des hommes armés ont pris d'assaut une école de filles et plusieurs centaines d'étudiantes auraient été capturées.

C'est la troisième fois qu'un pensionnat est attaqué dans les régions du nord-ouest du Nigeria depuis le mois de décembre. Ces kidnappings de grande ampleur se multiplient dans cette région où des groupes criminels, spécialisés dans les enlèvements contre rançon, opèrent depuis une décennie.

Une fois de plus, l'assaut a été mené en pleine nuit. Des hommes ont emmené avec eux un grand nombre de jeunes filles scolarisées dans un lycée public de l'État de Zamfara. Le gouvernement local a confirmé cet enlèvement, sans préciser le nombre de victimes capturées, mais des sources sur place évoquent plusieurs centaines de lycéennes prises en otage.

Au mois de décembre, 344 lycéens avaient été capturés dans l'État voisin de Katsina. Un enlèvement opéré par des « bandits » locaux, et revendiqué deux fois par le groupe jihadiste Boko Haram, basé dans l'est du pays. Tous avaient été libérés quelques jours plus tard.

La semaine dernière encore, ce sont 42 personnes, dont 27 écoliers qui ont été enlevés dans l'État de Niger, également dans le nord-ouest du Nigeria. Malgré les promesses du gouvernement qui affirmait que des négociations étaient en cours, ces personnes sont toujours entre les mains de leurs ravisseurs.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.