Congo-Kinshasa: Musique - Le boss Victor Bossoku ne jure que par l'élévation de l'animateur Kirikou

De son vrai nom Deo Kasololo, Kirikou est un chanteur- animateur que les mélomanes de la bonne musique ont découvert dans le groupe Quartier Latin international de la légende star Koffi Olomide. Et c'est à travers particulièrement sa chanson d'animation «Danse ya boss» qui bouge l'Afrique et l'Europe, que le jeune musicien kinois a confirmé sa grandeur en termes de création artistique impressionnante.

Après sa séparation avec le patron de Quartier Latin, Kirikou a décidé de tailler son chemin en cavalier solitaire. Grâce au soutien indéfectible de géant du mécénat congolais Victor Bossoku, il poursuit sa carrière musicale avec "Les Wariors", nom que porte son propre orchestre nouvellement créé pour assurer sa base arrière. Donc, le boss Victor Bossoku Ekaka a fait du jeune animateur patron-leader. Pour preuve, Kirikou dispose aujourd'hui d'une équipe complète avec des instrumentistes et autres chanteurs qui l'accompagnent déjà pas mal sur scène pendant les prestations scéniques.

On reconnaît un arbre par ses fruits et un artiste par ses œuvres, dit-on. La semaine dernière, l'ancien animateur de Quartier Latin a tenu une conférence de presse à Kinshasa, au cours de laquelle il a présenté officiellement au public son tout premier maxi-single « Kirikou le Vaillant » sur le marché du disque congolais. La luxueuse résidence du grand mécène de la culture en RDC Victor Bossoku a servi de cadre pour recevoir les chroniqueurs de musique. Une ambiance bon enfant a caractérisé cette rencontre sous la bénédiction de Boss Victor Bossoku qui s'est déplacé personnellement pour confirmer son soutien à l'artiste.

Evidemment, l'occasion était propice pour les chevaliers de la plume et du micro de décortiquer le nouvel opus de l'artiste et d'échanger aussi sur ses différents projets en rapport avec sa carrière musicale.

Le mécène Victor Bossoku

S'agissant de sa nouveauté artistique, Kirikou a indiqué que son maxi-single est composé de deux titres dont une chanson spéciale est dédiée à Victor BOSUKU.

"C'est une mélopée d'amour qui va certainement plaire aux friands de la bonne musique. Certes la chanson ne sera peut-être pas la plus belle composition dans l'histoire de notre musique mais je suis convaincu qu'elle va accrocher grâce à l'aura que je dispose... ", a déclaré l'auteur de la chanson «Danse ya boss».

Artistiquement, l'œuvre raisonne aussi bien dans le tympan comme on ne pouvait pas s'imaginer. Texte, parole, mélodie et rythmique, Kirikou offre un travail succulent au public. Par son style à la fois doux de la rumba moderne et vibrant, le chant est très cohérent avec un message profond qui mérite d'être écouté sans modération.

Dans son ensemble, la réalisation de cette chanson a été une surprise pour les uns et les autres d'écouter celui qu'on appelle communément « Atalaku » dans le jargon musical congolais poser parfaitement sa voix à travers cette composition.

"Au-delà d'être un simple animateur comme vous le savez, je dispose aussi d'une potentialité énorme en matière de chant. J'avais commencé ma carrière comme chanteur avant de rejoindre l'animation", a-t-il précisé.

Toutefois, Kirikou envisage également d'enregistrer un autre projet d'album qui connaitra la participation du gladiateur de l'animation congolaise, Bill Clinton Kalonji.

Il faut noter que la carrière de l'ex-animateur de Quartier Latin est désormais assurée par le bourgeois Victor Bossoku qui a mis du paquet pour promouvoir ce jeune artiste talentueux et de faire de lui un leader sur la scène musicale africaine. «J'aime et je soutiens tous les artistes musiciens de mon pays mais pour l'instant, je préfère mieux encore Kirikou. Car, il a non seulement un talent redoutable mais surtout il est très poli par son comportement. J'invite la presse à lui donner aussi la chance d'émerger comme vous l'avez fait pour les autres jeunes... », a soutenu Victor Bossoku.

Pour ceux qui ne le savent, Boss Victor n'est pas un producteur attitré. Bonhomie dans le sang, il est un mécène culturel qui a toujours eu ce plaisir de soutenir les artistes. En réalité, cet homme est un fonctionnaire- administrateur et un acteur politique qui reste préoccupé à l'encadrement des jeunes kinois dont certains ont du talent dans différents domaines de la vie qui, malheureusement, meurt faute des moyens.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.