Madagascar: Crise économique - Les Tuléarois réclament une solution rapide au chômage massif

La ville de Toliara et même toute la région Atsimo andrefana en général font partie des plus touchés par la crise économique née de la crise sanitaire. La population est à bout et réclame des solutions rapides et réalistes comme le projet BASE pour endiguer le chômage massif.

TOLIARA a un besoin urgent de création massive d'emplois à l'heure actuelle. C'est la seule solution pour pouvoir résoudre au plus vite le chômage massif qui frappe la population, hommes, femmes, jeunes et plus âgés. Ce constat est celui de la Plateforme des associations œuvrant pour le développement de Toliara (VFMT). Depuis l'année dernière, elle s'active pour identifier des pistes de solutions à ce problème qui s'est fortement aggravé avec la crise sanitaire et l'arrêt total du secteur tourisme. Et le seul parmi les plus réalistes et pouvant être rapidement mis en œuvre à l'heure actuelle est le projet d'exploitation d'ilménite de Ranobe par l'Australien Base. Sauf que toutes les activités de ce dernier sont suspendues par l'Etat depuis presque deux ans et une grande partie de son personnel a également rejoint le rang des chômeurs de la cité du soleil.

« Le nombre des personnes sans emplois augmente de jour en jour et même les plus qualifiées peinent à trouver du travail. La plupart de nos jeunes n'ont ainsi malheureusement pas de choix, autres que tirer des cyclo-pousses ou de verser dans la prostitution », déclare amèrement Nirina Ramaroson, vice-président de la plateforme.

Pour la VFMT, Toliara reste malheureusement un « cimetière de projets ». C'est une réputation qui lui colle à la peau depuis la deuxième République et qui semble se vérifier jusqu'à aujourd'hui. Le cas du projet BASE qui était déjà à la veille de sa phase de construction est un nouvel exemple qui vient gonfler la liste des dizaines voire des centaines d'autres auparavant, qui avaient été abandonnés et qui étaient prévus démarrer, mais qui sont jusqu'à ce jour bloqués. « Nous recherchons des emplois qui nous garantiront la stabilité et non du travail temporaire. Nous voulons avoir des emplois pour ne plus avoir à mendier », sollicite un des vice-présidents de la VFMT Andriamihajamanana.

« Le soleil peut encore revenir »

Malgré ce contexte difficile, voire inquiétant, les chômeurs affichent une certaine optimiste puisque leur région a du potentiel et qu'il fut un temps où ils avaient connu la stabilité et la sérénité au niveau de l'emploi. C'est le cas de Masy Zafimitsiry , une jeune mère de deux enfants qui occupait le poste de grievance officer auprès de Base Toliara. « Nous étions loin d'imaginer que notre vie allait brusquement basculer du jour au lendemain. A la suite de la décision de suspension des activités de cette compagnie, une cinquantaine d'entre nous ont été remerciés au mois de décembre de l'année dernière », témoigne-t-elle, gardant la foi sur la reprise de « son » projet.

Outre les employés directs du projet qui se sont retrouvés au chômage, les communautés touchées par le projet ont également perdu après sa suspension surprise. Plusieurs projets sociaux ont été également suspendus ou n'ont jamais pu démarrer. Des villageois qui travaillaient indirectement pour le projet se sont également vus priver de revenu du jour au lendemain et leur désir le plus fort à l'heure actuelle serait de voir la reprise du projet.

Les autorités locales interpellent l'Etat

La balle est maintenant dans le camp du pouvoir central. La plupart des autorités locales prient déjà pour que Base puisse reprendre ses activités et offrir à nouveau un avenir à leurs administrés. Davy, le président du fokontany de Ranobe, en fait partie et n'hésite pas à interpeller les autorités compétentes. « Ne bloquez pas le développement. Du moins, laissez cette compagnie minière honorer ses engagements, dont la construction de 96 nouveaux tombeaux, des puits, des infrastructures sanitaires et scolaires. Elle a même convenu avec nos femmes pépiniéristes l'achat de jeunes plants. Nous en avons grandement besoin ». Le sénateur Marcel Eogombelo est pour sa part conscient que la priorité pour parvenir au développement de Toliara est la création d'emplois. Il estime que mis à part les grands projets promis par le chef de l'État, comme la cimenterie dans l'Atsimo Andrefana, Base Toliara sera le levier du développement de cette région.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.