Madagascar: Consolidation de la paix - Les Nations-Unies s'intéressent à la stabilité

Nombreux sont les facteurs qui risquent de menacer la paix et la stabilité à la lecture de la situation politique dans le pays ces derniers temps. Les manifestations constatées ici et là sont suivis de près par des observateurs.

En marge de la visite de courtoisie du coordonnateur résident des Nations-Unies à Madagascar, Issa Sanogo, chez le président du Conseil du Fampihavanana Malagasy à Ampefiloha, hier, entre autres, la question de stabilité a été abordée lors de l'entretien des deux parties. « il était tout à fait normal que je rende visite au président du CFM, pour dire que ce qui nous intéresse ici dans le pays c'est la stabilité social et politique de Madagascar », indique le diplomate Issa Sanogo.

Beaucoup d'observateurs, notamment les politiciens avancent que le conflit politique ou social qui prévaut dans le pays est une affaire des acteurs concernés, que ce soit les oppositions ou les dirigeants au pouvoir. Mais vue la réalité, les efforts déjà entrepris par Madagascar d'instaurer la paix compte pour les partenaires. « Donc notre rôle que ce soit la communauté internationale, les politiciens, la société civile ou la population, ... on a tous intérêt à ce que la quiétude des Malgaches soit préservée, que la consolidation de la paix ou plutôt la stabilité soit préservée, pour qu'on puisse regarder de l'avant pour le développement qu'on recherche tous », ajoute le coordonnateur résident des Nations-Unies à Madagascar, Issa Sanogo.

Ainsi, dans sa position, le représentant des Nations Unies affiche son initiative de soutenir la Grande île de sauvegarder les acquis dans le développement. Le président du CFM, Alphonse Maka partage cette même vision en faisant appel que « la culture de tolérance, à la culture de dialogue, et non à la culture de haine comme la majorité des politiciens ont véhiculée actuellement. Personne n'a intérêt à ce que le pays replonge dans la situation de crise ».

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.