Congo-Kinshasa: Enquête sur Dan Gertler - Afriland First Bank contrattaque la campagne médiatique de Global Witness et PPLAAF

Les avocats d'Afriland First Bank of Congo, Me Eric Moutet et Coco Mbayo, ont animé une conférence de presse ce jeudi 25 février 2021 dans la salle de conférence de Show Buzz à Kinshasa. Au menu, apporter un cinglant démenti relatif à la campagne médiatique menée par Global Witness et la Plateforme de Protection des Lanceurs d'Alerte en Afrique (PPLAAF), contre leur client, accusé de couvrir les activités de blanchiment des capitaux de Dan Gertler, pour échapper aux sanctions américaines. Visiblement démasquées, selon les avocats, les deux Ong affirment avoir de nouvelles révélations sur Afriland First Bank.

A en croire Me Eric Moutet et Coco Mbayo, l'affaire étant entre les mains de la justice congolaise qui, pourtant, a donné raison à Afriland First Bank of Congo, les deux ONG notamment, Global Witness et la PPLAAF ferait mieux de s'en remettre à la justice au lieu de recourir à la voie médiatique. Ils indiquent que la démarche de ces ONG vise à ternir la réputation de la Banque commerciale qui a une crédibilité et continue d'inspirer confiance à une frange importante de la population de la RDC.

Au sujet de prétendues nouvelles révélations, Me Eric Moutet pense que les deux Ong ont totalement perdu leur crédibilité. Dans la mesure où, Global Witness et PPLAAF, avaient, à la genèse de ce dossier, user de la corruption, alors qu'elles disent combattre la corruption. Une démarche extrêmement paradoxale à la mission qu'elles prétendent jouer dans la poursuite de leurs objectifs.

L'on se souviendra qu'Afriland First Bank avait, en juillet 2020, déposé une plainte contre Global Witness et PPLAAF pour neuf infractions commises par ces organisations internationales et leurs collaborateurs dans leur enquête. Parmi elles, figurent la violation du secret bancaire, la dénonciation calomnieuse, l'abus de confiance, le faux et usage de faux, la corruption et le vol.

Cette banque commerciale, basée à Kinshasa, avait affirmé dans sa plainte que Global Witnes et sa collaboratrice PPLAAF ont utilisé deux de ses anciens agents pour voler des fichiers et les falsifier en échange d'avantages. Elle explique également comment la falsification des documents bancaires par ces deux employés a été utilisée par les deux ONG internationales pour produire de fausses preuves dans leur enquête.

Les deux agents cités dans l'affaire comme ayant aidé les ONG à produire des fausses preuves pour justifier l'enquête ont été assignés en justice par la Banque devant le Tribunal de Grande Instance de la Gombe. Ils ont été condamnés à la peine de mort lors d'une audience non contradictoire, c'est-à-dire, sans défense ni assistance alors qu'eux-mêmes étaient en fuite en dehors du pays.

Il sied de noter que dans le cadre du Programme "Etat de Droit et Bonne Gouvernance" de l'ACAJ, cette ONG vouée aux des droits humains et à la promotion de la justice équitable, avait, dans un communiqué de presse du 12 juillet 2020, demandé à Global Witness et à PPLAAF de fournir les preuves suffisantes justifiant les allégations qu'elles avancent contre la Banque évoluant en RDC dans son rapport relatif à l'enquête sur le milliardaire Dan Gertler.

Pour rappel, Dan Gertler, milliardaire israélien, d'après les révélations des ONG Global Witness et PPLAAF, aurait, malgré les sanctions américaines et grâce à des montages financiers complexes, continué de dealer en dollar américain et d'acquérir des mines en RDC à prix cassés. Et Afriland serait le facilitateur de toutes ces opérations.

Dan Gertler avait mis en cause toutes ces allégations, selon l'enquête. Même chose pour Afriland First Bank qui évoque une «falsification de documents» par ses anciens employés «utilisés par les deux ONG pour voler des fichiers en échange d'avantages». La banque avait saisi la justice française contre Global Witness et PPLAAF.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.