Congo-Brazzaville: Cinéma - Malolo Matouala « J'encourage les Congolais à consommer le made in Congo »

interview

Malolo Matouala est responsable commercial de profession. Mais, il est plus connu en tant qu'auteur, scénariste et producteur de cinéma. Dans cette interview, il nous parle de son parcours dans le septième art et de son nouveau film.

Malolo Matouala, comment avez-vous atterri dans le cinéma ?

Comme beaucoup de jeunes, j'aimais suivre les films à la télévision. Mais, c'est pendant mon séjour de six mois à Cotonou (Bénin) en l'an 2000 que j'ai beaucoup fréquenté les salles de cinéma. Et l'envie est née là-bas de me lancer dans cet art visuel.

Avez-vous déjà participé à quelques grands évènements ?

J'ai œuvré comme ambassadeur (mécène) dans l'organisation du Festival des Films congolais en 2019. J'ai apporté mon soutien logistique et financier à l'organisation dudit festival. Ça m'a valu un diplôme d'honneur que je garde jalousement. Je m'étais également proposé pour le festival de l'année suivante, hélas reporté pour cause de Covid-19. J'ai apporté mon soutien financier au projet de salle de spectacle en cours de construction à Ngoyo (Pointe-Noire) avec Kakama et ses partenaires. J'encourage les Congolais à s'approprier cette salle et à soutenir ce projet qui sera un temple dédié à l'art et la culture made in Congo.

Il y a quelques années, l'auteur et écrivain congolais Glad Amog Lemra m'avait donné l'occasion de servir comme maître de cérémonie à la sortie de son film Djoli à Pointe-Noire. J'ai apporté un soutien logistique pendant le tournage du film Le Mariage de Flaverick Beautrésor, un film muet au message très profond. Je souligne également que j'ai souvent été présent pour les sorties de films en première à Pointe-Noire et Brazzaville pour soutenir mes aînés dans le domaine du cinéma. J'ai écrit et produit le film In Extremis, film réalisé par Michaël Gandoh et coproduit par SVM. C'est mon tout premier et mon seul film à l'heure actuelle. Ce film a été sélectionné dans 14 festivals de cinéma à travers le monde (Congo, RDC, Cameroun, Bénin, Togo, Burkina Faso, République dominicaine... ).

Pour votre tout dernier film, quand allez-vous le présenter au public ?

Le film est sorti à Pointe-Noire le 7 mars 2020. Nous avons fait une projection à Kinkala le 13 février 2021, et le 7 mars 2021 c'est le public de Brazzaville qui aura l'occasion de le découvrir.

Pour cette sortie qui aura lieu le 7 mars, nous avons décidé de faire participer l'orphelinat Sainte Claire de Météo-Makélékélé à qui nous avons prévu de reverser en espèces une partie des gains de l'activité mais également de leur remettre des dons en nature. Le film n'est pas encore disponible en DVD mais il est disponible sur une plateforme payante qui s'appelle MyTV originals dont on peut télécharger l'application via son I-phone ou son PC.

Un dernier mot ?

Un peuple qui refuse volontairement de consommer ce que lui-même produit est un peuple suspect. Par ces mots, je voudrais encourager les Congolais à consommer le made in Congo dans tous ses aspects (cinéma, musique, théâtre, slam, tableaux de peinture, contes, mode, produits alimentaires... ).

N'oublions pas que seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin et l'Afrique de l'ouest devrait nous servir d'exemple.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.