Congo-Brazzaville: Photographie - Le pays sera représenté à la 2e édition de la Sephobe

Mirna Kintombo, Romaric Bakoua et Yanick Gongui, sont les trois photographes congolais retenus pour prendre part à la deuxième édition de la Semaine de la photographie du Benin (Sephobe), prévue du 15 au 20 mars prochain à Porto Novo au Benin.

Initiée sur le thème « Education inclusive », la rencontre de la Sephobe réunira au total douze photographes cette année, de six pays d'Afrique, à savoir Congo, Cameroun, Benin, Togo, Niger et Mali. Selon les organisateurs, ce festival vise, avant tout, à promouvoir la photographie d'auteur auprès du grand public. Pour ce faire, il se déroulera en six jours à travers des expositions, conférences et formations liées au secteur.

Passionné de photographie et formé en autodidacte, Aron Romaric Bakoua Matondo a fait ses études à l'Académie des beaux-arts de Brazzaville et exerce dans le domaine depuis plusieurs années. Il a pu exceller au fil du temps grâce à ses multiples ateliers de formation en art plastique et visuel.

Pour réaliser des œuvres singulières, Romaric parcourt les villes du Congo, à la recherche des réalités sociales à capturer. Son but est de se rapprocher un peu plus du quotidien de sa patrie à travers son travail. Pari remporté puisqu'il est assez plébiscité dans l'univers photographique congolais. Toujours, dans une quête de renforcement des connaissances, il a rejoint, il y a quelques années, le collectif « Génération Elili » au sein duquel il évolue jusqu'à ce jour.

Concernant Mirna Kintombo, on peut retenir que c'est un artiste visuel basé à Brazzaville. Son voyage dans le monde de la photographie débute en 2002. Sa passion pour cet art vient de sa vision à vouloir communiquer à travers les images. « Le but de la photographie d'art est d'exprimer une idée, un message ou un sentiment. Mon travail reflète mes propres expériences de la vie, les histoires de mes sujets et mes émotions profondes sur le monde dans lequel nous vivons », a souligné Mirna Kintombo. La photographie est son espace pour l'acceptation, l'intégrité, la sagesse, la beauté, la force, la foi, le mystère et la matière universelle.

Retenu pour participer à la deuxième édition de la Sephobe du 15 au 20 mars prochain, Vannelly Yanick Gongui est notamment le fondateur de la structure Nick cia picture. Grace à cette plateforme photographique, il laisse s'exprimer sa curiosité et son savoir-faire. Ceci, afin d'aider à promouvoir une société plus inclusive. Ce qui fait de lui également un photographe de son temps est le fait qu'il n'est pas limité dans ses créations. Fréquemment, il embellit son travail par différents effets artistiques. Notons que c'est pour la première fois que le Congo participe à la Sephobe.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.