Niger: La communauté internationale appelle à la retenue

26 Février 2021

Les appels au calme se multiplient à la suite des violences. Après la Francophonie, l'Onu et la Cédéao demandent à toutes les parties d'éviter l'escalade.

Cinq jours après le second tour de l'élection présidentielle, la tension persiste au Niger. Des échauffourées ont encore éclaté ce jeudi dans la capitale Niamey.

Le domicile de Moussa Kaka, journaliste de la radio partenaire de la DW Sarraounia et corrrespondant de Radio France internationale (RFI) a aussi été incendié.

Alkache Alhada, ministre nigérien de l'Intérieur, indique que deux personnes ont été tuées et 468 autres arrêtées depuis mardi.

Appels au calme

Dans une déclaration commune, la Cédéao et l'Onu ont appelé au calme."En dehors des violences, il y a eu aussi des pertes en vies humaines, ce qui est vraiment dommageable pour nos démocraties", insiste Francis Béhanzin, commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la Cédéao.

"Nous appelons tout le peuple nigérien à la sérénité, au calme, afin que, dans l'apaisement, les problèmes soient résolus", poursuit-il.

Des recours possibles

Mardi, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a proclamé la victoire du candidat du pouvoir Mohamed Bazoum avec 55,7% des voix face à celui de l'opposition Mahamane Ousmane, qui a contesté ces résultats et s'est proclamé vainqueur avec, selon lui, 50,3% des scrutins.

"Les recours sont possibles par les voies légales, la médiation est possible, le dialogue est possible", insiste Raouf Salami, expert des questions électorales en Afrique de l'Ouest.

Mais dans la matinale de la DW ce vendredi 26 février, Liman Ali Elhadj Mahamadou, le deuxième vice-président de l'Assemblée nationale, membre du parti de Mahamane Ousmane, a répété les accusation de fraudes.

"C'est à la population de décider si elle continue de manifester pour qu'il y ait justice", a-t-il déclaré.

Dans sa première déclaration après la proclamation des résultats, Mahamane Ousmane avait lui aussi dénoncé des fraudes lors du second tour de cette élection présidentielle.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.