Afrique: Nouvelle attaque d'une école au Nigéria - L'UNICEF demande la libération immédiate de plus de 300 écolières

26 Février 2021

Plusieurs centaines de filles sont toujours portées disparues après l'attaque d'une école secondaire dans le nord-ouest du Nigéria vendredi dernier. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a condamné cette attaque et demandé la libération des écolières.

Le représentant de l'UNICEF au Nigéria, Peter Hawkins, a exhorté les assaillants à libérer les adolescentes immédiatement, après cette attaque, la dernière en date d'une récente vague de violences perpétrées contre des jeunes, cette fois-ci dans l'État de Zamfara.

« Nous sommes en colère et attristés par une nouvelle attaque brutale contre des écoliers au Nigéria », a déclaré M. Hawkins. « Il s'agit d'une violation flagrante des droits de l'enfant et d'une expérience horrible pour les enfants - une expérience qui pourrait avoir des effets durables sur leur santé mentale et leur bien-être ».

« Les bandits espérant gagner rapidement de l'argent en forçant les familles et les autorités à payer des rançons à leurs otages, ciblent souvent des institutions juste hors de portée du contrôle de l'État et généralement dans les zones rurales », a-t-il expliqué dans un entretien accordé à ONU Info..

L'attentat de vendredi survient un peu plus d'une semaine après un attentat similaire dans l'État du Niger (centre-ouest du Nigéria) contre une école de garçons où des dizaines d'élèves et d'enseignants ont été enlevés. Ils n'ont toujours pas été libérés.

Agression nocturne

Selon les informations rapportées, l'incident de vendredi s'est produit au milieu de la nuit à l'école secondaire publique de filles de Jangebe, dans l'État de Zamfara.

« Nous condamnons totalement cette attaque et appelons les responsables à libérer les filles immédiatement et le gouvernement à prendre des mesures pour assurer leur libération et la sécurité de tous les autres écoliers au Nigéria », a déclaré M. Hawkins.

« Les enfants devraient se sentir en sécurité à la maison et à l'école à tout moment - et les parents ne devraient pas avoir à s'inquiéter pour la sécurité de leurs enfants lorsqu'ils les envoient à l'école le matin », a-t-il dit.

Reconnaissant les efforts du gouvernement nigérian pour obtenir la libération des écoliers, le responsable de l'UNICEF a exhorté les autorités à « rendre les écoles plus sûres ».

La menace de Boko Haram

En plus de ces bandes armées opérant dans les États du nord-ouest, du centre-nord et du nord du Nigéria, les extrémistes du Boko Haram contrôlent toujours de vastes régions du nord-est du pays.

Il y a près de sept ans, Boko Haram - dont le nom est généralement traduit par « l'éducation occidentale est interdite » - a enlevé 276 filles de leur école à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Beaucoup d'entre elles sont toujours portées disparues.

L'accès à la scolarité est essentiel

Malgré les dangers, les organisations humanitaires estiment que l'éducation doit rester une priorité pour les gouvernements, qui doivent également favoriser l'accès aux enseignements pour les plus vulnérables.

Soulignant les progrès réalisés contre les extrémistes dans l'ancien fief de Boko Haram à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, M. Hawkins de l'UNICEF a décrit avec joie comment « des milliers d'enfants, des dizaines de milliers d'enfants » sont maintenant retournés en classe - ce qui n'avait pas été possible pendant l'insurrection des extrémistes, qui a débuté en 2009.

Un changement miraculeux est possible

« Si vous alliez à Maidiguri en 2015-2016, il ne se passait rien, il n'y avait pas d'écoles », a-t-il dit. « Si vous y allez maintenant... il y a des embouteillages de KK - les véhicules à trois roues qui circulent dans la ville et qui transportent des enfants, aussi bien des filles que des garçons. C'est un changement miraculeux qui a eu lieu ».

L'UNICEF travaille avec ses partenaires pour confirmer le nombre exact d'élèves kidnappés, actuellement estimé à plus de 300.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.