Maroc: "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec

L' Académie du Royaume du Maroc a présenté mercredi son ouvrage "Pour une Maison de l'histoire du Maroc" quise veut un appel à la création d'une institution dédiée pour mettre en avant l'histoire multiséculaire du Maroc. Ce livre de 630 pages est une contribution scientifique de prés de 30 historiens et chercheurs dans le domaine des sciences humaines, issus du Maroc, du Sénégal, des Etats Unis et de France et qui se sont réunis le temps d'une conférence tenue en 2012 à Casablanca à l'initiative du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH). Ouvrage de qualité, richement illustré pour mettre en exergue les atouts du Maroc, "Pour une Maison de l'histoire du Maroc" a été publié en deux langues, français et arabe.

A cette occasion, le président du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger et ancien président du CNDH, Driss El Yazami, a souligné dans une déclaration à la MAP que la publication de ce livre est un moment important dans l'histoire du Maroc, relevant que cet ouvrage plaide en faveur de la création d'une "Maison de l'histoire du Maroc", afin de répondre aux attentes de la société marocaine dans ce domaine, notamment lesfutures générations, pour connaître l'histoire de leur pays veuille de plusieurs siècles.

Il a ajouté que l'appel à la création d'une telle Maison vient pour accompagner la dynamique des initiatives politiques et institutionnelles que connaît le Maroc, notamment la création de l'Institution Archives du Maroc et l'Instance Equité et Réconciliation, notant qu'une "Maison de l'histoire du Maroc" contribuera à la recherche scientifique sur l'histoire du Royaume et permettra de mettre en exergue la diversité de ses composantes et affluents.

Pour sa part, le Secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume, M. Abdeljalil Lahjomri a affirmé dansl'avant-propos de l'ouvrage qu'il existe plusieurs raisons qui plaident pour la création d'une telle institution. "Il y a en premier lieu l'impérieuse et pressante demande sociale d'une connaissance apaisée du passé, en droite ligne avec l'action et les recommandations de l'Instance Équité et Réconciliation.Il y a en second lieu les avancées de la recherche sur l'histoire du Maroc qui rendent possible la mise sur pied d'une telle Maison, aussi indispensable que salvatrice". Il a également ajouté que "cet établissement contribuerait enfin à illustrer de manière vivante et renouvelée (par une exposition permanente et des expositions temporaires) l'histoire plurielle du Maroc comme le stipule la constitution".

Bruce Springsteen

Le chanteur Bruce Springsteen a écopé mercredi d'une amende de 540 dollars pour avoir consommé de l'alcool dans un parc national américain. L'icône du rock, interprète de "Born in the USA", a été arrêtée le 14 novembre dans un parc du New Jersey où il buvait selon lui "deux petits shots de tequila", ce qui est interdit.

Bruce Springsteen était aussi poursuivi pour conduite en état d'ébriété à bord de sa moto, mais ces poursuites ont été abandonnées mercredi, faute de preuves suffisantes. Lors de cette audition virtuelle, un juge a ordonné à l'artiste de payer 500 dollars pour avoir consommé de l'alcool dans le parc, et 40 dollars de frais de justice. "M. Springsteen, je suis dans l'obligation de vous demander comment vous comptez payer cette amende", a-t-il lancé à la star du rock qui a plus de 20 albums à son actif. "Je pense que je peux la payer immédiatement, monsieur le juge", a répondu Bruce Springsteen, blouson noir sur les épaules, dans un sourire.

L'avocat du rockeur de 71 ans, a dit à l'AFP être "satisfait" de ce jugement. Après la diffusion des informations sur son interpellation, le constructeur automobile Jeep avait annoncé retirer un spot publicitaire de deux minutes dans lequel Bruce Springsteen apparaissait. Jeep n'a pas indiqué dans l'immédiat s'il comptait à nouveau diffuser cette publicité à l'issue de ce jugement.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.