Cameroun: Human Rights Watch accuse l'armée camerounaise d'exactions

Carte du Cameroun

Dans un rapport accablant, l'organisation internationale Human Rights Watch a accusé, vendredi 26 février, des soldats camerounais d'avoir perpétré « l'une des pires » attaques contre des civils en zone anglophone ces dernières années.

Il s'agit de l'attaque dans le village d'Ebam dans la région du sud-ouest où a au moins vingt femmes - dont quatre handicapées - ont été violées et une trentaine d'hommes passés à tabac. Les faits se sont produits il y a un an, le 1er mars 2020, mais n'ont pas eu de véritable écho depuis. En cause : la crainte de représailles chez les victimes.

Pour Ilaria Allegrozzi, chercheuse à Human Rights Watch, l'attaque est emblématique de ce qui se passe au Cameroun anglophone.

L'attaque à Ebam n'est pas un cas isolé. Elle a été perpétré seulement deux semaines après que des soldats a massacré 21 civils dans le village de Ngarbuh, dans la région du nord-ouest.

Ilaria Allegrozzi

Amnesty International a exhorté les autorités camerounaises à mener une enquête indépendante d'urgence sur l'attaque d'Ebam. RFI a tenté de joindre les autorités camerounaises, mais n'a pas eu de réponse.

A La Une: Droits de l'Homme

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.