Nigeria: La colère monte face aux enlèvements à répétition

Une opération de sauvetage est en cours pour tenter de retrouver les 317 jeunes filles qui ont été capturées dans leur pensionnat de l'tat de Zamfara, au nord-ouest du Nigeria.

Des voitures ont été caillassées, et un journaliste blessé par un jet de pierre, vendredi matin à Jangebe.

La population est à bout face à l'impuissance des autorités d'assurer la sécurité de leurs enfants. C'est la troisième fois depuis le mois de décembre qu'un établissement scolaire est pris d'assaut en pleine nuit par des hommes armés, et que des élèves sont capturés. Au mois de décembre 344 lycéens avaient été enlevés à Katsina avant d'être libérés une semaine plus tard. La semaine dernière, ce sont 42 personnes dont 27 écoliers ont été kidnappés dans l'état de Niger.

Les parents d'une cinquantaine d'étudiantes ayant réussi à échapper à leurs ravisseurs ont violemment refusé que leurs enfants restent sur place pour être interrogés par les services de sécurité.

Buhari tance les gouverneurs locaux

Dans la soirée, le président nigérian Muhammadu Buhari a fait savoir que son administration « ne cèdera pas au chantage des bandits » qui « attendent le paiement d'importantes rançons » selon lui.

Dans un communiqué, le chef de l'État assure que les forces de sécurité ont les moyens d'employer « une force massive » contre les groupes criminels, mais la présence d'otages « qui pourraient servir de boucliers humains » les incite à la retenue.

Le président nigérian a par ailleurs mis en garde les gouverneurs locaux qui ont pris l'habitude de négocier avec les chefs de gangs et croient acheter la paix en leur offrant « de l'argent et des véhicules ». « Cela pourrait avoir un effet boomerang désastreux » a averti le chef de l'État.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.