Afrique Centrale: Paix et sécurité - Le sommet de la CIRGL sur la RCA reporté sine die

La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) devait organiser, le 27 février, à Luanda (Angola) un sommet afin de favoriser la concertation pour mettre fin aux violences en République centrafricaine, mais il a été repoussé à une date ultérieure pour la deuxième fois.

Certaines sources émanant de la présidence de la République affirment que si le président Faustin Archange Touadéra effectue le déplacement de Luanda, ce ne serait que pour affirmer sa position : « il n'y aura pas de discussions avec ceux qui ne respectent pas les termes de l'accord de paix ». Le porte-parole de la présidence a indiqué que « ceux-là doivent être arrêtés et traduits en justice ».

Récemment, plusieurs manifestations ont eu lieu à Bangui devant le siège de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC ) pour dire non au dialogue avec la rébellion.

Parallèlement, le Conseil économique et social centrafricain s'est entretenu avec les représentants de la société civile et les partis politiques d'opposition en vue d'un dialogue national. Le rapport de ces consultations sera présenté aux autorités. La présidence a affirmé qu'il faut d'abord laisser le processus électoral aller à son terme pour envisager l'ouverture d'une telle initiative.

Pendant ce temps, les opérations de reconquête du territoire par l'armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L'armée centrafricaine a repris cette semaine la ville de Bossangoa. Depuis la fin du mois de janvier, en effet, les forces progouvernementales mènent une offensive pour libérer l'axe reliant Bangui au Cameroun et permettre la reprise des convois. Les villes de Boda, Boali, Bossembélé, Bossemptélé et Yaloké ont ainsi été successivement reconquises ces derniers jours.

Après cinquante jours de blocus, un premier convoi de quatorze camions d'aide humanitaire de l'ONU est finalement parvenu à Bangui depuis le Cameroun sous escorte des Casques bleus.

Rappelons que lors du sommet de la CIRGL, le 29 janvier, qui regroupe les chefs d'État de la région, les participants ont réitéré la validité des élections du 27 décembre 2020 en Centrafrique et affirmé qu'ils ne permettront pas que des acteurs qui s'opposent aux résultats prennent le pouvoir par la force.

Les chefs d'État et de gouvernement avait appelé les forces rebelles à observer un cessez-le-feu unilatéral et immédiat, à se désengager de l'encerclement de Bangui et à regagner leurs positions initiales. Les participants avaient également condamné les exactions commises et renouvelé leur engagement à privilégier le dialogue et la concertation pour sortir la Centrafrique de la crise actuelle.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.