Maroc: Nouvelle manifestation à Fnideq contre la dégradation de la situation économique

Rabat — Des centaines d'habitants de la ville de Fnideq dans le nord du Maroc, se sont rassemblés pour le 4e vendredi consécutif devant le siège de la commune pour protester contre la dégradation de la situation économique, ont rapporté des médias locaux.

Hommes et femmes, sont sortis exprimer leur colère bravant l'interdiction des autorités locales de tout rassemblement. Lourdement impactés par la fermeture des frontières avec l'enclave espagnole Ceuta, les habitants de Fnideq qui pour la plupart vivent du commerce informel entre les frontières, ont réclamé une nouvelle fois "l'ouverture de la Diwana".

La première manifestation a commencé le vendredi 5 février. Les forces de l'ordre marocaines avaient dispersé un sit-in auquel ont pris part des milliers de citoyens, dénonçant la détérioration des conditions de vie de la population locale et revendiquant "la dignité et le travail".

Après de longs mois à attendre une réponse du gouvernement aux appels de détresse, la situation a dégénéré en affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, a-t-on souligné.

Ce mouvement de contestation semble s'inscrire dans la durée. Le12 février, plusieurs centaines de manifestants sont descendus dans la rue à Fnideq pour le deuxième vendredi consécutif.

La contestation populaire n'a pas faibli puisque le 19 février dernier, les habitants ont encore investi la rue pour le 3e vendredi consécutif contre la dégradation de la situation économique.

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.