Afrique du Nord: La RASD, un Etat fort de ses institutions et déterminé à faire face à l'occupation marocaine

AOUSSERD (CAMPS DE REFUGIES SAHRAOUIS)- La République arabe sahraouie démocratique (RASD) est un Etat fort de ses institutions et déterminé à faire face à l'occupation marocaine jusqu'au parachèvement du processus de libération, a affirmé vendredi le ministre de l'Information, Porte-parole officiel du Gouvernement sahraoui, Hamada Selma Eddaf.

Le peuple sahraoui est déterminé, aujourd'hui, et plus que jamais, à "parachever sa souveraineté sur l'ensemble de ses territoires, notamment après la reprise de la lutte armée le 13 novembre dernier", suite à l'agression militaire marocaine inique contre les manifestants sahraouis à El-Guerguerat, à l'extrême Sud-Ouest du Sahara occidental, a indiqué dans une déclaration à l'APS, M. Selma, la veille des festivités commémoratives du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD.

Aujourd'hui, poursuit M. Selma, " face à la passivité des Nations Unies et aux diktats étrangers entravant le règlement pacifique, venant notamment de la France membre au sein du Conseil de sécurité, le peuple sahraoui s'est vu dans l'obligation de disposer par lui-même de son devenir". Ainsi, depuis le 13 novembre à ce jour, l'APLS s'acquitte, au quotidien, de son devoir pour imposer à l'occupant de sortir de ses terres spoliées, a affirmé M. Selma.

La lutte armée se poursuit dans le cadre de nombreux acquis dont l'état de démoralisation que vivent les soldats marocains ainsi que les cas de désertion enregistrés, a rappelé M. Selma.

La proclamation de la République sahraouie était nécessaire pour combler le vide juridique qu'avait laissé l'Espagne qui n'a pas assumé sa responsabilité historique envers les territoires qu'elle occupait, a estimé le responsable.

A cette occasion M. Selma a adressé un message à la communauté internationale rappelant que "la cause sahraouie demeure une question de décolonisation. La légalité internationale stipule de permettre au peuple sahraoui d'accéder à son droit à l'autodétermination".

"Le règlement du conflit au Sahara occidental ne saurait aboutir qu'à travers une position internationale ferme amenant l'Etat de l'occupation à respecter la légalité internationale", a-t-il souligné, réitérant "la disposition du peuple sahraoui à consentir davantage de sacrifices pour arracher sa liberté et parachever sa souveraineté sur tout le territoire".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.