Madagascar: Secteur minier - Les communes impactées par le projet Ambatovy à évaluer

La reprise du projet Ambatovy est effective. Une délégation conduite par le ministre des Mines et des ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, a effectué tout récemment une descente sur le site d'implantation de l'usine de production de nickel et de cobalt à Toamasina. Le site de préparation du minerai, avant son acheminement vers cette usine via le pipeline long de 220 km, a été également visité. L'objectif consiste à vérifier leur bon état avant leur redémarrage effectif. A cette occasion, le ministre de tutelle a rencontré les maires des vingt communes impactées directement ou indirectement par le projet Ambatovy dans les régions Atsinanana et Alaotra Mangoro. En effet, ces collectivités territoriales décentralisées ont bénéficié des ristournes à payer par la compagnie minière qui met en œuvre le projet d'extraction de nickel et de cobalt, conformément à la loi sur les grands investissements miniers à Madagascar.

Retombées économiques. Il est à rappeler que ces ristournes, qui ont déjà été versées au Trésor Public pour être transférées à ces CTD ainsi qu'aux deux régions, se chiffraient à plus de 48 milliards d'ariary, soit un montant correspondant au dernier trimestre de 2012 jusqu'au deuxième trimestre de 2018 de l'exploitation du projet Ambatovy. « Le ministère de tutelle prévoit désormais d'évaluer les retombées économiques de l'utilisation de ces ristournes au niveau de ces vingt communes impactées. Cette évaluation portera, entre autres, sur les actions réalisées par les maires qui ont contribué au développement socio-économique de leurs collectivités ainsi que leurs projets d'avenir, afin de se conformer à la vision de développement de l'Etat », selon les explications du ministre Fidiniavo Ravokatra. C'était également une occasion d'identifier les problèmes auxquels ils sont confrontés, tout en apportant les solutions adéquates.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.