Centrafrique: Le HCR lance un appel de 164 millions de dollars pour les déplacés

L'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a lancé, le 26 février, un appel de fonds de 164 millions de dollars pour fournir une aide et une protection à près de 1,5 million de Centrafricains exilés, dont deux cent dix mille ont fui la dernière vague de violence liée aux élections de décembre 2020.

« La violence qui alimente la crise de déplacement ne semble pas vouloir prendre fin, et près d'un tiers des 4,7 millions d'habitants de la République centrafricaine (RCA) ont été contraints de fuir », a déclaré Boris Cheshirkov, le porte-parole du HCR, lors d'un point de presse virtuel organisé depuis Genève.

Depuis que la nouvelle crise a éclaté en RCA, quelque cent mille personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays. Dans le même temps, les pays voisins comme le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo ont accueilli cent onze mille nouveaux venus. Selon l'agence onusienne, les réfugiés continuent de traverser chaque jour les frontières centrafricaines.

Par ailleurs, de nombreux nouveaux arrivants signalent de graves violations des droits de l'homme en RCA. « Nos collègues à Gore, au Tchad, s'occupent d'une mère réfugiée de 26 ans qui a été battue et violée par un rebelle avec son bébé de six mois à ses côtés après avoir fui sa maison à Maroukounde », a détaillé le porte-parole du HCR, ajoutant que la femme est maintenant enceinte à la suite de cette agression. Elle reçoit présentement un soutien médical et psychosocial de la part des équipes du HCR.

Pour permettre à apporter une protection et une assistance ciblées aux déplacés centrafricains et à leurs hôtes, le HCR a urgemment besoin des contributions financières qu'il sollicite. « Si les fonds ne sont pas rapidement mis à disposition, nous serons contraints de réduire ou d'interrompre l'assistance vitale, alors même que les besoins augmentent », a averti le porte-parole de cette agence de l'ONU.

Sur l'appel de fonds de 164 millions de dollars, plus de 35 millions sont destinés à lutter contre la violence sexiste , ainsi que pour le suivi, l'enregistrement et la documentation des personnes déplacées. Plus de 13 millions visent à fournir des abris et une aide essentielle aux déplacés vivant dans « des conditions désastreuses en RCA et dans les pays voisins ».

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, plus 27 millions de dollars sont prévus pour le secteur de la santé, la nutrition, l'eau, l'assainissement et l'hygiène. Selon le HCR, ce plan est nécessaire pour prévenir la propagation des maladies, les besoins s'étant aggravés par la menace imminente du nouveau coronavirus.

Sur le terrain, malgré des ressources limitées, les équipes du HCR ont intensifié la surveillance des frontières et la protection, afin d'identifier et de répondre aux besoins urgents des déplacés.

Le porte-parole a expliqué que l'agence onusienne soutient les survivants de violences sexuelles et atténue le risque de nouvelles violences sexistes. Elle efforce également à réduire le risque d'infection au coronavirus en construisant et en équipant des centres de quarantaine et des zones de traitement et d'isolement.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.