Sénégal: Bamba Kassé, secretaire général du SYNPICS - «Il s'agit d'une violation flagrante de la liberté de presse»

27 Février 2021

Le traitement réservé à la presse privée, interdite d'accès à l'hémicycle de la Place Soweto hier, vendredi 26 févriers 2021, lors des débats en plénières sur la levée de l'immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, passe en travers la gorge des représentant de la profession.

Pour le secrétaire général du Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics), Bamba Kassé, c'est une pratique contraire aux règles démocratiques. «La presse a été interdite d'accès et aucun flux électronique ou visuel des débats qui se tenaient à l'Assemblée nationale ne leur pas été proposé. Il s'agit d'une violation flagrante du droit à la population d'avoir accès à une information, droit constitutionnellement consacré. Il s'agit aussi d'une violation flagrante de la liberté de presse. Ce qui s'est passé à l'Assemblée Nationale, c'était l'examen de la levée de l'immunité parlementaire d'un député du peuple.

A ce titre, le peuple a le droit d'être témoin des débats. Et, malheureusement, l'Assemblée en a décidé autrement. C'est regrettable. C'est un recul démocratique», dit-il. Des journalistes ont dénoncé aussi sur leur compte Facebook une entorse à la démocratie ou une violation des règles de l'accès à l'information.

En effet, l'Assemblée a été bunkerisée, hier matin. Les journalistes et professionnels des médias, venues nombreux pour couvrir cet événement, se sont vus refuser l'accès à l'hémicycle de la Place Soweto. Seule la Rts a eu droit à y accéder. Les autres journalistes ont été parqués dans un périmètre, en face de l'Assemblée nationale.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.