Ile Maurice: Extension du métro jusqu'à Réduit - Les explications pour ne pas dérailler

27 Février 2021

Tout est parti d'un article publié dans la presse indienne. Celle-ci a récemment indiqué que le coût des travaux du tracé reliant Rose-Hill, Ebène et Réduit, long de 3,4 km varierait entre Rs 5,6 et Rs 14 Mds. Un coût phénoménal, quand on sait que le tracé de Port-Louis Curepipe, long de 26 km a coûté Rs 18,8 Mds.

Toute une préparation a été faite au cours de la semaine afin que le ministre des Affaires étrangères indien, Subrahmanyam Jaishankar puisse apprécier le Metro Express. Pour rappel l'Inde a fait don de Rs 10 milliards pour financier le trajet Port-Louis/Curepipe qui a coûté Rs 18,8 milliards. Cependant, un nouvel article dans la presse indienne récemment, indique que Metro Express Ltd (MEL) et le constructeur Larsen and Toubro (L&T) ont signé un accord pour le tracé reliant Rose-Hill, Ebène et Réduit, long de 3,4 kilomètres.

Le coût de l'investissement varierait entre Rs 5,6 milliards et Rs 14 milliards. Si cela s'avère, le nouveau projet coûterait beaucoup plus cher que les 26 kilomètres reliant Port-Louis à Curepipe. Cependant, MEL déclare que ce ne sera pas le cas, affirmant que le coût risque d'être moins onéreux. Un expert financier qui a travaillé sur le tracé Port-Louis-Curepipe affirme quant à lui que le montant variant entre Rs 5,6 milliards et Rs 14 milliards est phénoménal.

Ce dernier questionne la rentabilité du projet. «Comment peut-on investir tant d'argent sans savoir combien de personnes prendront le métro sur ce tracé ? Il ne faut pas oublier qu'il y aura beaucoup d'étudiants de l'université parmi les voyageurs. Vont-ils payer pour voyager ?» s'interroge-til. L'expert explique qu'il n'y a pas eu de paiement supplémentaire ni de retard pour la construction de la ligne Port-Louis-Rose-Hill, mais selon ses informations, la compagnie indienne a réclamé une grosse somme d'argent additionnelle pour la deuxième phase du projet, c'est-à-dire, entre Rose-Hill et Curepipe et les travaux ont accumulé du retard. Ainsi, il se demande si Metro Express Ltd inclura cette réclamation dans le contrat pour Rose-Hill-Ebène.

Le député du PTr Osman Mahomed, également ingénieur de formation, note que l'estimation du nouveau projet est injustifiable. D'après ses calculs, si les montants publiés par la presse indienne sont exacts, le trajet de Port-Louis à Curepipe a coûté Rs 723 000 par mètre alors que celui de Rose-Hill à Ebène coûtera entre Rs 1,6 million et Rs 4 millions par mètre. «C'est illogique. D'autant que Larsen and Toubro aura un avantage. Tous ses équipements et les appareils sont déjà à Maurice. Il n'aura pas à payer le coût de mobilisation. De plus, une station est déjà prête à Rose-Hill. Donc, il faut moins d'investissement», explique-t-il. Le député a déclaré que ce dossier sera sa priorité à la rentrée parlementaire.

Concernant les coûts qui varient entre Rs 5,6 milliards et Rs 14 milliards, la direction de MEL a précisé : «Cette tranche de coûts dont L&T fait mention est pour deux différents projets, notamment le projet d'extension Ebène à Réduit et un autre projet ferroviaire à Uttar Pradesh. Or, certains journaux à Maurice ont mal interprété ce communiqué et ont rapporté ces chiffres comme étant le coût du projet (extension à Ebène Réduit) uniquement. Ce n'est pas exact. Selon les études techniques, le coût sera bien en dessous des Rs 5,6 milliards.» La direction de MEL insiste qu'il y a eu une grande demande pour étendre le projet Metro Express jusqu'à Ebène. «Une étude de faisabilité a même eu lieu en 2016. Par ailleurs, l'équipe de MEL, Rites Ltd et SCE, ont aussi récemment effectué une technical review de l'étude», a précisé la direction de la compagnie qui gère le Metro Express.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.