Congo-Brazzaville: Téléphonie mobile - Un nouveau réseau frauduleux démantelé à Pointe-Noire

Des équipements véreux installés par un sujet de nationalité égyptienne ont été récemment découverts par les services de l'Agence de régulation des postes et des communications électroniques (Arpce), dans une auberge à Pointe-Noire.

L'Egyptien de 38 ans a été pris la main dans le sac grâce au concours de la gendarmerie de Pointe-Noire. Une Sim Box d'une capacité de 128 Sim, 57 Sim MTN et 71 Sim Airtel en utilisation, en plus de 88 Sim MTN en réserve, des cartes de recharge et un générateur électrique ont été trouvés dans cette pièce où s'opérait depuis des mois des appels internationaux frauduleux.

« Le fraudeur très équipé pour déjouer nos initiatives d'enquête a fait preuve de beaucoup d'expérience. C'est au bout de plus d'un mois que nous avons pu détecter, avec une meilleure précision, sa localisation, pour diligenter son arrestation avec le concours des services de gendarmerie, que nous remercions pour leur collaboration », a indiqué Benjamin Mouandza, directeur des réseaux et ressources de communications électroniques de l'Arpce.

C'est grâce aux équipements modernes dont dispose le régulateur que les opérations de démantèlement des réseaux véreux sont effectuées. « Ces appareils pour lesquels l'Arpce a investi des moyens colossaux s'adaptent non seulement aux nouvelles technologies utilisées par les opérateurs de téléphonie, mais nous permettent aussi de détecter, au mètre près, la localisation d'un réseau frauduleux », a précisé Benjamin Mouandza.

Les opérations de démantèlement, a-t-il poursuivi, rentrent dans le cadre du travail ordinaire de l'Arpce, qui a pour entre autres missions de protéger et garantir à la fois les intérêts de l'Etat, des usagers mais aussi des opérateurs. « Dans le cas d'espèce, les victimes sont à la fois l'Etat, les opérateurs et les abonnés », a-t-il renchéri.

Si le régulateur s'investit efficacement à endiguer ce genre de fraudes, c'est parce qu'elles entrainent des manques à gagner qui se chiffrent en millions de francs CFA, privant ainsi l'Etat d'une part importante de la taxe sur le trafic international entrant et les opérateurs d'une partie de leur revenu sur le trafic international entrant.

Ces fraudes sont également à l'origine de la mauvaise qualité des communications. Elles font que parfois les abonnés reçoivent un appel international avec un préfixe des numéros locaux.

Lorsqu'un appel international tombe sur un réseau local, en effet, le carrier (le transporteur d'appel) paye un droit à l'opérateur local, qui termine cet appel. « Les fraudeurs, à l'aide des appareils appropriés, détournent ce trafic international entrant via l'internet, le réinjectent dans les réseaux locaux en utilisant des Sim Box. L'opérateur auquel est abonné le destinataire dudit appel le traite comme un appel local. Ce qui fait que le dû à verser à l'opérateur par le transporteur d'appel est capté par les fraudeurs », explique une note de l'Arpce.

Le chef de l'antenne départementale de l'Arpce à Pointe-Noire, Augustin Ngoma, estime que le manque d'identification préalable de l'abonné pendant la commercialisation de la carte Sim peut contribuer énormément à la fraude téléphonique. « Nous avons récupéré au total 216 cartes Sim activées auprès de ce fraudeur et nous devons à présent nous assurer qu'elles ont été identifiées ou pas », a-t-il souligné.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.