Guinée: Ebola - Les habitants de la région de Nzérékoré s'habituent aux barrages sanitaires

Un nouveau décès lié à Ebola a été signalé samedi 27 février, portant à 6 le nombre de morts sur une quinzaine cas confirmés ou probables déjà recensés. Dès la déclaration de l'épidémie en région forestière dans le sud du pays, des mesures ont été rapidement prises par les autorités pour bloquer la propagation du virus. Avec l'appui de l'Organisation Internationale des migrations, des barrages sanitaires ont été mis en place autour de Gouecké, l'épicentre de l'épidémie et de Nzérékoré la capitale régionale. D'abord réticents, la plupart des usagers de la route ont fini par s'y conformer.

Une cordelette tendue à travers la route, des sacs plastiques noués autour pour attirer l'attention... Le barrage sanitaire est une étape obligatoire pour les voyageurs, avec prise de température.

« On fait tout pour les sensibiliser, mais il y a des récalcitrants donc on est obligé de les laisser passer, déplore Jean-Claude Haba, agent technique de la santé. Certains disent que les kits de lavage des mains sont la source de la maladie. » A ceux-là, il rétorque généralement : « connaître ta température, c'est pour toi-même. »

Devant le kit de lavage des mains aux couleurs de l'OIM, Cécile Loua explique que « parfois certains refusent, disent qu'ils sont en bonne santé, qu'ils n'ont pas à se laver les mains parce qu'ils ne sont pas malades. »

A plusieurs reprises, des automobilistes ont forcé le barrage, emportant avec eux la cordelette sous le regard impuissant des agents. Mais c'est de plus en plus rare, selon eux, plus de 80% se conforment aux mesures sanitaires.

« Ce que vous êtes en train de faire est très très intéressant, commente Cécé Gilbert Loua, passager d'un taxi. Parce que c'est la protection des hommes. Il faut que les hommes soient protégés. Dans la vie, la santé avant tout. »

En principe, un passager souffrant de fièvre doit être transporté à l'hôpital, mais le cas ne s'est pour l'instant jamais présenté.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.